Affaires, Nigéria, People, Vidéos

Aliko Dangote : 1er fortune africaine, estimée à 20 milliards de dollars !

2-300x169

20 milliards de dollars : c’est la fortune d’Aliko Dangote,  un homme d’affaires nigérian, estimée par le célèbre magazine Forbes en 2013.

Aliko Dangote est  né le 10 avril 1957 il est peu connu en dehors du Nigeria mais sa grande fierté est d’être « bien, bien plus riche qu’Oprah Winfrey ».

Pour Forbes, c’est la fortune   »Noire la plus riche du monde ».

Il a bâti sa success-story dans la plus grande discrétion. Il est quasi-inconnu sur la scène continentale, et sur la scène internationale. On le dit présent dans tous les pans de l’économie du Nigeria – marchés du sucre, du ciment, du riz, des pâtes alimentaires, du textile, du sel, transports (il est notamment copropriétaire d’une compagnie aérienne). Son nom est aussi associé aux marchés du pétrole et du gaz.

Il a démarré sa carrière à l’âge de 20 ans, en 1977. Son grand-père maternel, patriarche d’une famille qui avait beaucoup de succès dans le monde des affaires, lui a fait un prêt de 500 000 nairas et offert trois camions de 10 tonnes.

Il a commencé à faire fortune dans le ciment : du fait de la rareté,  les clients payaient à l’époque avec plusieurs mois à l’avance. Avec un camion de ciment, on pouvait gagner 1 400 nairas par jour, et Dangote en avait quatre.

En 1980, il s’installe à Lagos, une des plus grandes plaques tournantes du commerce en Afrique de l’Ouest : « j’ai découvert à Lagos où je pouvais rencontrer les personnes qui accordaient des licences d’import-export ».

Il débarque aussi à Laos à une époque compliquée :  les militaires ont pris le pouvoir et mettent en prison tous les hommes d’affaires importants de la ville, les accusant d’être corrompus. C’est le deuxième coup de pouce du destin : Aliko Dangote  s’implante sur des marchés laissés vacants par les hommes d’affaires emprisonnés. Il se lance dans le sucre et fait une percée dans l’importation de riz.

Il connait parfois l’échec, comme son investissement dans une banque, qui fait faillite. Il en tire la leçon, désormais il se concentrera que sur des  secteurs d’activité qu’il connaît.

Un voyage au Brésil dans les années 80 va donner une nouvelle impulsion à ses projets :  « Je pensais que le Brésil et le Nigeria se situaient à peu près au même niveau, parce qu’à cette époque on entendait dire que le Brésil était une nation très endettée. Mais quand j’y suis allé, j’ai découvert une industrialisation massive. Incroyable. J’ai commencé à réfléchir en me disant ‘comment se fait-il qu’il y ait un tel développement de l’industrie au Brésil et pas au Nigeria. A mon retour, j’ai décidé de me lancer dans l’industrie. »

Il construit ainsi une raffinerie de sucre, fabrique des emballages pour les pâtes alimentaires, dont il est l’un des importateurs. Très vite ses projets d’investissement atteignent 10 milliards de dollars (ils comprennent notamment la construction d’une raffinerie de pétrole d’une capacité de 300 000 barils par jour, une station électrique d’une capacité de 5000 mégawatts).

Il n’a jamais voulu faire de politique, même si Aliko Dangote a ses entrées au plus haut niveau. Il a financé le parti d’Olusegun Obasanjo en 2003 (200 millions de nairas soit 1,16 million d’euros), et le projet de bibliothèque présidentielle.

A lire : Isabel dos Santos : la femme la plus riche d’Afrique

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

 

A lire aussi :

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *