A la Une, Maroc, Non classé, People, Vidéos

Morjana Alaoui : l’atout charme du cinéma marocain…

resize

Morjana Alaoui fait le buzz avec son nouveau film, Rock the Casbah, réalisé par Laïla Marrakchi.  Elle est née en 1982 à Casablanca. Elle est devenue connue avec son film « Martyrs. »

Elle a passé son enfance dans le quartier d’Arfa. Son bac en poche, elle poursuit ses études en Floride puis à Paris. C’est là-bas qu’elle est contactée pour un casting par sa cousine Laïla Marrakchi, réalisatrice du film Marock.

« Par hasard, Leïla m’a montré le scénario. Je l’ai lu et il m’a plu … C’était la première fois que je jouais dans un film. »

La suite de sa carrière ne sera pas si facile : « Après « Marock », j’ai passé pas mal de castings et je les ai tous foirés ! Du coup j’étais assez découragée, même si en parallèle je continuais à prendre des cours de théâtre, car j’y croyais toujours. Et juste au moment où j’allais abandonner et me remettre au journalisme, on m’a proposé de tourner dans Martyrs ».

« Au départ, c’est Vahina Giocante qui devait tenir ce rôle, mais pour des raisons personnelles, elle s’est désistée au dernier moment. Il fallait donc une actrice un peu dans l’urgence. Peu de temps après j’ai reçu le scénario et j’ai tout de suite voulu faire ce film. J’ai été accrochée par l’histoire que j’ai trouvée extrêmement bien écrite. J’ai donc rencontré Pascal Laugier (le réalisateur) et au bout de dix minutes, sans casting ni rien, il m’a proposé le rôle.»

Le film a fait polémique au Maroc :  « Je pense qu’ils ont pris le film en otage pour pouvoir créer cette fausse polémique entre juifs et musulmans. Il fallait trouver des raisons pour alimenter ce conflit-là. Leur problème c’est qu’ils ne supportent pas que l’on puisse donner une mauvaise image du Maroc, une mauvaise image du musulman … Et ils n’arrivent pas à concevoir qu’une musulmane sorte avec un juif, ils se sont sentis insultés. C’est dommage … surtout que ces critiques émanaient des artistes ! »

Morjana Alaoui vit aujourd’hui à Londres.  De son parcours, elle dit : « Au début, quand j’ai commencé avec le film «Marock», je n’étais pas comédienne. Après, j’ai suivi des cours de théâtre et depuis j’ai fait cinq films un peu partout : une production italienne en Irak, un film allemand tourné à Tanger et un film français qui s’appelle «Martyrs». Puis, j’ai fait deux films anglais, puisque j’habite à Londres et j’en ai un qui sort au mois de novembre. « 

Mais elle reste très attachée  à son pays natal : « J’ai grandi au Maroc, je connais très bien le Maroc et les marocains, il est vrai que je suis issue d’un milieu assez bourgeois, mais je côtoie tous les milieux, je suis à l’écoute des gens, et j’adore les marocains. Je sais qu’il y en a certains qui sont choqués, mais c’est dans nos mœurs, il y a beaucoup de gens qui ne sont pas encore assez ouverts … Ils ont besoin de voir des femmes qui arrivent à prendre leurs propres décisions, des femmes indépendantes, des femmes qui arrivent à exister par elles-mêmes, et non pas par leurs familles ou via un grand frère. »

« J’aime les films qui éveillent les consciences, les films crus qui ont du fond, de la matière, qui ne proposent pas une violence gratuite. (…)  J’aimerais bien interpréter une junkie par exemple. Cela ne me dérangerait pas non plus de jouer dans une comédie si elle est bien écrite, mais j’ai une nette préférence pour les rôles de personnages plus torturés. Je suis plus attirée par les films qui essaient de dire quelque chose, qui tentent de changer le monde. »

Elle regrette recevoir trop de scénarios qui ne correspondent pas à ses attentes :« Les scénarios que je reçois en général concernent des rôles super clichés, la plupart du temps sur mes origines. Ca ne m’intéresse pas de jouer la beurette un peu trop bronzée, ou la fille qui a quatre grands frères qui veulent lui casser la gueule dès qu’elle prend un café avec sa petite cousine. Et là j’exagère à peine, c’est ce qu’on me propose. »

En revanche, elle est très à l’aise avec son rôle de Sofia dans le dernier film de Laila Marrakchi,  «Rock the casbah» : » C’est un film sur «legnaza», l’enterrement marocain avec toutes ses traditions. C’est la mort du patriarche. J’interprète le rôle de Sofia, la plus jeune des sœurs. Elle revient pour l’enterrement de son père après plusieurs années de rupture avec le Maroc. Elle retrouve sa famille et se retrouve un peu perdue dans cette ambiance. Elle essaye de régler des choses avec sa famille et se retrouve en fait en train de bousculer un petit peu l’ordre qui a été établi par ce patriarche. Il y a beaucoup de moments d’intimité dans le film qui fait la lumière sur les traditions marocaines. C’est un film où on rit et on pleure. (…)  Je pense que dans toutes les familles du monde, pas seulement au Maroc, c’est difficile de dire les choses vraiment. Mon personnage arrive d’une façon frontale et essaye d’aborder la vérité. Malheureusement, l’hypocrisie sociale existe partout, pas seulement au Maroc. »

Filmographie
2005 : Marock : Rita
2008 : Martyrs : Anna
2009 : La Double vie de Daniel Shore : Iman
2010 : Le Rodba : Nina
2010 : Golakani Kirkuk : Najla
2011 : Forces spéciales : Maina
2013 : Rock the Casbah : Sofia

 A lire aussi : 
Laïla Marrakchi : la réalisatrice marocaine qui chatouille…
Jackie Appiah : Les yeux et le sourire du Ghana !
Abdellatif Kechiche : le réalisateur du Maghreb qui séduit autant qu’il irrite !
Yvonne Nelson : la star cinéma de l’Afrique de l’Ouest
Anaïs Monory : la petite perle du tchadien Mahamat Saleh Haroun !
Mahamat Saleh Haroun : le 1e réalisateur tchadien de l’histoire !
Aïssa Maïga : la plus africaine des actrices françaises

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

2 Comments

  1. Tabla oui Zakia

    J adore tous les rôles de MORJANA alaoui une artiste hors pair

  2. Lulu

    Elle est belle ? Un coeur à prendre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *