A la Une, Afrique de l’Est, Kenya, People, Projets, Vidéos

Ngugi wa Thiong’o : l’homme de paix du Kenya

Ngugi wa Thiong’o

Il est l’homme de paix du Kenya. Beaucoup d’observateurs pensaient qu’il décrocherait la semaine dernière le Prix Nobel de la paix de littérature. Il a échoué de peu face à la Canadienne Alice Munro, 82 ans.Ce n’est peut être que partie remise…

A 75 ans, Ngugi wa Thiong’o est devenu l’ambassadeur de la culture Africaine dans le monde entier.

Il a publié une trentaine de romans, écrit de nombreuses pièces de théâtre, recueils de nouvelles, essais et livres pour enfants. Dès son plus jeune âge, il s’est imposé comme un auteur engagé, marxiste et anti-impérialiste. Il est né James Ngugi en 1938 à Kamiriithu (près de Nairobi). Il est le cinquième fils de la troisième des quatre femmes de son père Thiong’o wa Nducu. Il étudie à l’école de la mission presbytérienne de l’Église d’Écosse avant d’entrer, en 1949, dans l’école indépendante, religieuse et nationaliste, Karing’a. Brillant, il obtient une bourse pour l’Alliance School, seul collège kényan à former des Africains. Ngugi wa Thiong’o part poursuivre ses études en Ouganda à l’université Makerere en 1962, qui est alors le seul établissement universitaire d’Afrique de l’Est (dépendant de l’université de Londres). Il y dirige la revue Penpoint et se fait connaître grâce à sa première pièce L’Ermite noir.

En 1962, il publie son premier roman, Weep not Child (traduit par « Enfant, ne pleure pas »).
De retour au Kenya, Ngugi wa Thiong’o devient journaliste pour le prestigieux hebdomadaire The Nation. Mais il n’en a pas fini avec les études ! Il part en Angleterre à l’université de Leeds où il commencera un travail de recherche sur Joseph Conrad. L’écrivain rédige alors Et le blé jaillira, qui lui vaudra son premier succès international.

De 1967, il enseigne successivement au Kenya et en Ouganda. Il est un ardent défenseur de la littérature en langues africaines. En 1986 dans Décoloniser l’esprit, il parle de son « adieu à l’anglais ». « Dans la mesure où elles sont celles du peuple, les langues africaines ne peuvent qu’être ennemies de l’État néocolonial« .

Son engagement l’a mené jusque derrière les barreaux, en 1978, sous Jomo Kenyatta pour le thème de sa pièce de théâtre en kikuyu, Ngaahika Ndeenda (« Je me marierai quand je voudrai »)

Il en faut plus pour le briser dans son élan. Dans la cellule 16 de la prison de haute sécurité de Kamiti, il écrit sur du papier toilette sonpremier roman en kikuyu : Caitaani Mutharabaini (« Le diable sur la croix »), qui paraîtra en 1980 aux éditions Heinemann.

En 1982, le régime de Daniel Arap Moi veut le remettre sous les verrous. Il s’exile en Angleterre et aux États-Unis, où il enseigne aux universités de Yale puis de New York, avant de devenir directeur du Centre international pour l’écriture et la traduction de l’université de Californie. En 1986, il échappe à une tentative d’assassinat fomentée par le régime d’Arap Moi.

Mais il n’est pas au bout de ses épreuves : il revient au Kenya le 31 juillet 2004, après 22 ans d’absence. Quelques jours après son retour, l’écrivain et sa femme sont réveillés en pleine nuit dans leur appartement de location à Norfolk Towers. Quatre agresseurs, armés de revolvers, d’une machette et d’une cisaille, violent la femme de l’écrivain sous ses yeux. Ngugi wa Thiong’o est frappé et brûlé au visage. Les malfaiteurs seront arrêtés quelques jours plus tard et condamnés.

Il rêvait secrètement de recevoir le Prix Nobel de la paix. Il aurait été le sixième africain après le Nigérian Wole Soyinka (1986), l’Égyptien Naguib Mahfouz (1988), les Sud-Africains Nadine Gordimer (1991) et J.M. Coetzee (2003) et le Franco-Mauricien J.M.G. Le Clézio (2008).

Ses oeuvres :
The Black Hermit, 1963 (théâtre)
Weep Not, Child, 1964, Heinemann 1987, McMillan 2005, (ISBN 1-4050-7331-4)
The River Between, Heinemann 1965, Heinemann 1989, (ISBN 0-435-90548-1)
A Grain of Wheat, 1967 (1992) (ISBN 0-14-118699-2)
This Time Tomorrow (théâtre), c. 1970
Homecoming: Essays on African and Caribbean Literature, Culture, and Politics, Heinemann 1972, (ISBN 0-435-18580-2)
A Meeting in the Dark (1974)
Secret Lives, and Other Stories, 1976, Heinemann 1992 (ISBN 0-435-90975-4)
The Trial of Dedan Kimathi (théâtre), 1976, (ISBN 0-435-90191-5), African Publishing Group, (ISBN 0-949932-45-0) (avec Micere Githae Mugo et Njaka)
Ngaahika ndeenda: Ithaako ria ngerekano (I Will Marry When I Want), 1977 (théâtre; avec Ngugi wa Mirii), Heinemann Educational Books (1980)
Petals of Blood, (1977) Penguin 2002, (ISBN 0-14-118702-6)
Caitaani mutharaba-Ini (Le Diable sur la croix), 1980
Writers in Politics: Essays, 1981 (ISBN 978-0-85255-541-5) (GB) (ISBN 978-0-435-08985-6) (US)
Education for a National Culture, 1981
Detained: A Writer’s Prison Diary, 1981
Devil on the Cross (traduction anglaise de Caitaani mutharaba-Ini), Heinemann, 1982, (ISBN 0-435-90200-8)
Barrel of a Pen: Resistance to Repression in Neo-Colonial Kenya, 1983
Decolonising the Mind: The Politics of Language in African Literature, 1986 (ISBN 978-0-85255-501-9) (GB)
Mother, Sing For Me, 1986
Writing against Neo-Colonialism, 1986
Njamba Nene and the Flying Bus (Njamba Nene na Mbaathi i Mathagu), 1986 (livre pour enfants)
Matigari ma Njiruungi, 1986
Njamba Nene and the Cruel Chief (Njamba Nene na Chibu King’ang’i), 1988 (livre pour enfants)
Matigari, Heinemann 1989, Africa World Press 1994, (ISBN 0-435-90546-5)
Njamba Nene’s Pistol (Bathitoora ya Njamba Nene), (livre pour enfants), 1990, Africa World Press, (ISBN 0-86543-081-0)
Moving the Centre: The Struggle for Cultural Freedom, Heinemann, 1993, (ISBN 978-0-435-08079-2) (US) (ISBN 978-0-85255-530-9) (UK)
Penpoints, Gunpoints and Dreams: The Performance of Literature and Power in Post-Colonial Africa, (The Clarendon Lectures in English Literature 1996), Oxford University Press, 1998. (ISBN 0-19-818390-9)
Mũrogi wa Kagogo (Wizard of the Crow), 2004, East African Educational Publishers, (ISBN 9966-25-162-6)
Wizard of the Crow, 2006, Secker, (ISBN 1-84655-034-3)
Something Torn and New: An African Renaissance, Basic Civitas Books, 2009, (ISBN 978-0-465-00946-6) 2
Dreams in a Time of War: a Childhood Memoir, Harvill Secker, 2010, (ISBN 978-1-84655-377-6)

Récompenses
2001 : Premio Nonino
1999 : Prix Fonlon-Nichols

Bibliographie
Simon Gikandi, Ngugi wa Thiong’o, volume 8 de Cambridge studies in African and Caribbean literature, Cambridge University Press, 2000.
Jacqueline Bardolph, Ngugi wa Thiong’o, Paris – Dakar, Présence africaine, 1991.
Oliver Lovesey, Ngũgĩ wa Thiong’o, New York, Twayne, 2000.

A lire aussi :
Aminata Touré : des Nations Unies au poste de Premier ministre du Sénégal !
Haïdara Aïchata Cissé : candidate à l’élection présidentielle du Mali
Tony O. Elumelu : Apôtre de « l’africapitalisme » !
Patrice Motsepe : magnat minier, milliardaire et philanthrope !
Herman Chinery-Hesse : le Bill Gates du Ghana !
Karamba Diaby : 1e élu allemand d’origine africaine ! – Réactualisé-

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *