A la Une, Afrique du Sud, People, Vidéos

Yvonne Chaka Chaka : une voix hors pair !

Yvonne-Chaka-Chaka

Elle est née Yvonne Machaka en 1965. On la surnomme la princesse de l’Afrique.

Depuis vingt ans, elle a été à l’avant-garde de la musique populaire en Afrique du Sud.

Chaka Chaka est né à Dobsonville à Soweto . Elle est devenue le premier enfant noir à apparaître à la télévision sud-africaine. C’était en 1981 dans  «Cabane à sucre», un spectacle de talents, elle a présenté au public sud-africain.

Chaka Chaka a commencé à chanter à 19 ans en 1985, lorsque Phil Hollis de Dephon enregistre sa découverte dans Johannesburg . Elle connait un succès immédiat avec son premier album.

Ses plus grands tubes sont : « Je Burning Up », « je pleure pour la liberté », « Sangoma », « patrie » et le toujours populaire,  » Umqombothi « .

Son parcours n’a pas été facile. Elle a perdu son père à l’âge de 11 ans, et  sa mère, une travailleuse domestique en a bavé pour élever ses trois filles.

Diplômée de l’uiversité d’Afrique du Sud – gestion et administration- elle a également fait des études de culture au Trinity College.

Chaka Chaka a aussi le sens des affaires : elle est propriétaire d’une compagnie de limousines avec son mari, le Dr Mandlalele Mhinga. Elle a son propre label de musique et sa propre société de production. Elle enseigne l’alphabétisation à temps partiel à l’Université d’Afrique du Sud, et elle est ambassadrice de bonne volonté pour l’UNICEF et le partenariat Faire reculer le paludisme, et plaide en faveur de l’éducation à la maladie, de sa prévention et de son traitement.

Elle était proche de Nelson Mandela et elle entretient une vraie amitié avec Oprah Winfrey .

De son parcours, elle dit :  «La personne que j’admire le plus est ma mère, parce qu’elle a toujours été là pour moi. Ma mère a élevé ses trois filles à lui seul sur le salaire d’un travailleur domestique. Cela a pris beaucoup de courage et de force. Elle est mon mentor et héros. Quand je suis né en 1965 à Soweto, c’était pendant l’apartheid , et ceux qui étaient une période extrêmement difficile. Mon père était un grand musicien qui n’a jamais pu réaliser son rêve. Il est mort quand j’avais 11 ans. J’ai hérité de mon talent de ses deux parents , si la musique a toujours été dans mon sang. Quand j’étais petite, je Strum une boîte de conserve vide et souffler dans un manche à balai prétendant qu’il s’agissait d’un microphone. J’ai chanté dans des chorales d’église . J’ai adoré chanter. J’ai la chance que j’ai atteint mon destin , et a été en mesure d’accomplir ce que mon père ne pouvait pas.  » 

De sa carrière et son engagement sont liés. Elle dit : « Au fil des années, j’ai appris la valeur des promesses tenues. En tant que musicienne et femme d’affaires, j’aurais perdu la loyauté et la confiance de mes fans et de mes collègues si je ne tenais pas mes promesses de chanter, prendre la parole et créer de nouvelles chansons. »

Elle suit avec une très grande attention l’évolution de l’Afrique et de la santé des habitants du continent : »Il y a eu sans aucun doute des progrès. Une poignée de pays africains ont atteint la cible des 15%, et 27 autres ont augmenté le niveau de leurs investissements domestiques dans la santé. Les Objectifs du millénaire pour le développement de l’ONU ont catalysé les améliorations du développement parmi les différents pays. Grâce au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, nous sommes maintenant arrivés à un point où nous pouvons voir la fin de ces trois maladies. Néanmoins, à l’intérieur de cette histoire de progrès, il est insupportable que de nombreuses communautés soient laissées en arrière. Durant ces six dernières années, j’ai traversé le continent en tant qu’ambassadrice de l’ONU et acteur humanitaire, rencontrant des patients courageux, des travailleurs de la santé héroïques et des activistes visionnaires. ( …) J »ai eu la conviction que nous ne pouvions pas perdre notre détermination. »

Plus que jamais, elle reste donc mobilisée : « L’Afrique est toujours à la traîne en ce qui concerne l’objectif d’amélioration de la santé maternelle et de réduction de la mortalité infantile. Les progrès de l’objectif 6, la lutte contre le sida, la tuberculose, le paludisme, et les autres maladies, restent aussi incertains vu que le Fonds mondial cherche à lever 15 milliards de dollars pour continuer son travail essentiel pour les trois prochaines années. (..) Nos propres dirigeants doivent aussi tenir leurs promesses sur la santé. Chaque pays doit augmenter son soutien au secteur de la santé en dépassant l’engagement des 15% en mettant en place des mécanismes de financement innovants, en investissant dans les infrastructures et les ressources humaines nécessaires pour renforcer les systèmes de santé, tout en instaurant des programmes qui permettent à tous les Africains, où qu’ils vivent, d’ avoir accès à des services de santé efficaces et abordables. Il est prouvé qu’une population en bonne santé est la clé d’un développement économique sur le long terme. »

A lire aussi : 
Cheb Khaled : le roi du Raï Algérien devenu marocain…
Viviane Chidid : la Sénégalaise, reine du Mbalax RNB !
Angélique Kidjo : sa voix a fait connaitre le Bénin au monde entier !
Esiiah : née le jour où Michael Jackson se rendait au Gabon…
Zeynab Abidou Oloukemi : La reine du RNB sort son 3e album
Willy Baby : star africaine de la zic à 14 ans
Magic System : un album pour l’alphabétisation !
Maître Gims : Le succès du fils d’un sans-papiers congolais
Keziah Jones : créateur du Blufunk et de Captain Rugged, le super héros africain !
Nadir Khayat, alias RedOne : de Tétouan à Lady Gaga : tous gaga de ce producteur marocain !
Rokia Traoré : la voix et la conscience du Mali

 Discographie 

Afrique urbaine: Jive Coups de les Cantons (1990)

Princesse de l’Afrique: Le meilleur de Yvonne Chaka Chaka (1999)
Yvonne et Amis (2000)
Princesse de l’Afrique, Vol. 2 (2002)
Un vent de changement: paroles et musique d’une Afrique du Sud libre (2004)

Image de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *