A la Une, People, Sénégal, Vidéos

Ousmane Sow : un sculpteur sénégalais à l’Académie des Beaux Arts !

ousmanesow

Mercredi 11 décembre, le sculpteur sénégalais Ousmane Sow a été installé à l’Académie des beaux arts de Paris. Une belle consécration pour ce sculpteur sénégalais connu pour ses séries de sculptures monumentales consacrées aux ethnies africaines (noubas, peuls, masaï, Zoulou). « Mon élection du 12 avril 2011 a d’autant plus de valeur à mes yeux que vous avez toujours eu la sagesse de ne pas instaurer de quota racial, ethnique ou religieux pour être admis parmi vous (…)  Comme mon confrère et compatriote sénégalais Léopold Sédar Senghor, élu à l’Académie française il y a trente ans, je suis africaniste. Dans cet esprit, je dédie cette cérémonie à l’Afrique toute entière, à sa diaspora, et aussi au grand homme qui vient de nous quitter, Nelson Mandela. »

Il était habillé par le couturier Azzedine Alaïa, et il portait une épée dont il avait lui-même réalisé le pommeau

Ousmane SowDakar est né à Dakar en 1935. Il s’est aussi imposé avec son travail consacré aux grands hommes, Nelson Mandela, Martin Luther King jr., Mohamed Ali ou encore Gandhi.

En 1957, Ousmane Sow quitte le Sénégal pour la France où il doit renoncer à son projet d’intégrer l’école des Beaux-arts faute de moyens. Il obtient un diplôme d’infirmier, puis de kinésithérapeute en faisant son apprentissage auprès de Boris Dolto. Il exerce durant une vingtaine d’années notamment à l’hôpital Laennec de Paris.

Dès qu’il a du temps libre, il s’adonne à sa passion artistique et à ses recherches sur les matériaux.

En 1965, il retourne au Sénégal et crée le service de kinésithérapie de l’hôpital Le Dantec.

EN 1968, le voilà de retour une nouvelle fois en France où il ouvre un cabinet privé à Montreuil.
En 1984 il décide de retourner au Sénégal et d’y ouvrir un cabinet privé de kinésithérapie.

Mais à 50 ans, il décide de se consacrer entièrement à la sculpture. Il arrive à vivre avec une technique très personnelle qu’il a mis des années à mettre au point et dont il garde jalousement le secret.

En 1988, il expose pour la première fois au Centre culturel français de Dakar. Il se fait vite connaitre en  France d’abord, en Allemagne, au Japon, en Amérique,  en Belgique.

En 1999, l’exposition de ses œuvres, dont la série Little Big Horn, sur le Pont des Arts, à Paris attire trois millions de personnes !

Le 11 décembre 2013, il devient le premier Noir à intégrer l’Académie des Beaux-Arts.

A lire aussi :
Kossi Aguessy, le magicien togolais du design… Ou l’artiste industriel !
Jumia : la start-up nigérienne du e-commerce
Sim Shagaya : fondateur des sites Konga.com & DealDey.com
Brian Gitta : créateur d’une appli révolutionnaire contre le paludisme !
Herman Heunis : fondateur de MXit, « le facebook africain »
Karim Mazouzi : inventeur de l’ordinateur « 100% marocain ! »
Kelvin Doe : génie de l’électricité à 15 ans !
Joel Jackson : il a crée la voiture 100% africaine à moins de 6 000 dollars !
Ory Okolloh : la kenyane reine du digital en Afrique !
Tidjane Dème : le Sénégalais, patron de Google en Afrique francophone !
Karim Sy : avec JokkoLabs, il est le roi des laboratoires numériques africains !
Karim Oumnia : le roi de la chaussure qui a séduit Beyoncé et Madonna !

Image de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>