A la Une, Algérie, People, Projets, Vidéos

Amine Kouider : le chef d’orchestre Algérien mondialement connu

Unknown-2 Unknown-4 Unknown-1 992950161723655478

Amine Kouider est le chef d’orchestre Algérien mondialement connu. C’est lui le fondateur de l’Orchestre symphonique Algérie-France.Ce mélomane ne vit que pour sa passion, l’opéra.

« Chef d’orchestre, c’est à la fois être musicien et homme de théâtre. On travaille le corps, l’énergie. On est l’intermédiaire entre le créateur et les interprètes« , aime-t-il à dire.

Amine Kouider est un peu un homme-orchestre des temps modernes avec plusieurs cordes à son arc :  Le violon dans la main droite, une baguette de direction dans la main gauche, un piano sur les genoux, un téléphone pendu autour du cou et un sac de voyage dans le dos.

Il a aussi plusieurs casquettes : il est enseignant de violon en banlieue parisienne, directeur artistique du Choeur philharmonique international (CPI) à l’Unesco, chef « free-lance » pour la Roumanie ou le Qatar, fondateur de l’Orchestre symphonique Algérie-France…

Amine Kouider a été poussé à faire de la violon par ses parents, mélomanes de la classe moyenne. Il a été inscrit  au consevatoire dès l’âge de 7 ans.  – Il est né à Alger en 1967-

Talentueux. Il devient le plus jeune violoniste de l’opéra d’Alger. Il s’installe à Marseille à l’âge de 20 ans en 1987, puis à Paris où il suit des études de direction d’orchestre au Conservatoire de Marseille et de Paris. Il les poursuit au Conservatoire Royal de Copenhague. Parallèlement, il obtient une Licence en musicologie.

il s’installe alors à Saint-Pétersbourg. En 1999, il devient pour deux saisons chef assistant de Valery Gergiev au Théâtre Mariinski, au Festival de Baden-Baden et à l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam. « Mon souvenir de concert le plus fort, c’est là-bas, lorsque je dirigeais l’orchestre au même pupitre que Prokofiev et Tchaïkovski ! »

C’est durant ces trois années qu’il sait qu’il doit devenir un manager complet pour réussir dans son domaine. Monter un projet, mobiliser les talents,  gérer les personnes, les finances, le marketing, la politique… « Un chef est un entrepreneur. Et une entreprise, c’est une partition ! » 

Il excelle comme nul autre pour méler souvent musique classique occidentale et traditions arabes. Les Mille et Une Nuits d’Offenbach, par exemple, ou des chants soufis sur la Neuvième Symphonie de Beethoven. « Amine conçoit ses concerts comme un dialogue. Et ses origines arabes sont fondamentales dans son inspiration. »

C’est en 2012 que Kouider a donc fondé aussi l’Orchestre symphonique Algérie-France pour célébrer le cinquantenaire de l’indépendance d’Alger. »  Avant, en 2001, il a permis de réouvrir  l’opéra d’Alger, et il a dirigé l’Orchestre symphonique national jusqu’en 2008. Il a aussi été nommé, de 1998 à 2004, directeur musical de l’Orchestre International de Paris (sous la tutelle des Ministères de l’Education Nationale et des Affaires Etrangères)

En parlant de son parcours qui n’a pas été facile, il dit : « Je sais qui je suis. Oriental, occidental, arabe, africain et musulman. Je me suis appuyé sur ma double culture. La musique aide à ne pas avoir peur d’autrui, même si elle ne change pas le monde. »

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *