A la Une, Angola, People, Vidéos

José Eduardo Agualusa : l’homme de lettres angolais

Unknown-2 Unknown 400px-José_Eduardo_Agualusa Unknown-1

Il adore les mots. José Eduardo Agualusa a plusieurs casquettes pour vivre pleinement sa  passion journaliste, écrivain, il est aussi éditeur.

Il sort son nouvel ouvrage, « Théorie générale de l’oubli », tiré d’une histoire vraie incroyable.

En 1975, pendant l’indépendance de l’Angola,une Portu gaise, Ludovica Fernandes Mano, s’emmure vivante dans un appartement de Luanda. Elle y restera cloîtrée vingt-huit ans avec pour seule compagnie son chien Fantôme et un cadavre !

Elle survit grâce aux maigres récoltes de son potager qu’elle a dessiné sur sa terrasse. Voici son quotidien. « Les jours s’écoulent comme s’ils étaient liquides. Je n’ai plus de cahier où écrire. / J’écris des vers succincts sur les murs, avec des bouts de charbon de bois. / J’économise la nourriture, l’eau, le feu et les adjectifs. » À l’ennui succède peu à peu l’effacement au point qu’elle « pourrait écrire une théorie générale de l’oubli.

Il est né à Huambo en Angola en 1960.

Après avoir étudié l’agronomie et la sylviculture à Lisbonne au Portugal, il se fait connaitre avec sa plume. Ses livres, recueils de contes et d’essais ont été traduits dans une dizaine de pays.

Aujourd’hui, il partage sa vie entre l’Angola, le Brésil et le Portugal. Il est membre de l’Union des écrivains angolais. Il est journaliste au Publico, à la radio et à la télévision.

Il est l’auteur de nombreux romans, poèmes, reportages et nouvelles, tous couronnés de succès.

Il se fait connaitre avec son premier roman en 1989, « A Conjura » en s’emparant de l’histoire coloniale. Il ouvre ainsi le chemin d’une nouvelle génération d’auteurs africains en revitalisant la langue portugais

En 2006,  il a lancé la maison d’édition brésilienne Lingua Geral dédiée exclusivement aux œuvres de langue portugaise.

Il a également écrit trois pièces de théâtre : Génération W, Chovem amores na Rua do Matador en collaboration avec Mia Couto, et O monólogo.

Œuvres traduites en français
La Saison des fous. 2003, Gallimard (« Estação das Chuvas »)
Le Marchand de passés. 2006, Métailié (« O Vendedor de Passados »)
La Guerre des anges. 2007, Métailié (« O Ano em que Zumbi tomou o Rio »)
Les Femmes de mon père. 2009, Métailié (« As Mulheres de Meu Pai »).
Barroco Tropical. 2011, Métaillé (« Barroco Tropical »).
Théorie générale de l’oubli. 2014, Métailié (« Teoria geral do esquecimento »).

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *