A la Une, Affaires, People, Projets, Startup, Togo

Aimée Abra Tenu : le visage du social business au Togo

tenu2 tenu4 tenu3

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Elle n’avait que 13 ans quand elle a pris à bras le corps, les problèmes des jeunes de son quartier. L’accès à l’éducation, à la culture, à l’eau potable, l’assainissement et la protection de l’environnement ont été les premières missions de la jeune Togolaise Aimée Abra Tenu lors de la création en 2000 de  l’ONG STEJ TOGO (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus).

A 28 ans,  Abra est un modèle pour les filles togolaises et Africaines. Elle a été désignée ambassadrice du programme Weena avec l’opérateur de téléphonie mobile MOOV TOGO du Groupe ETISALAT, Tenu Abra est également  nominée pour le « Prix ambassadrice
Vlisco 2014.»

Aimée Abra Tenu incarne le social business au Togo. Pour cette jeune demoiselle ambitieuse, pas question de faire vivre uniquement  l’ONG STEJ des financements extérieurs. « Je veux démontrer qu’une ONG locale peut très bien devenir autonome ne serait-ce que pour garantir les frais de gestion de sa structure, garantir ainsi les emplois créés », a-t-elle confié dans entretien accordé à Bibliothèque Sans Frontière.

L’ONG STEJ a ouvert début mars à Kpalimé (120km de Lomé), une nouvelle unité de  recyclage des matières plastiques en sacs et accessoires. Cet atelier emploie 8 jeunes couturières et tapissiers et à 15 femmes collectrices et laveuses des sachets plastiques, ce qui porte à une cinquante le personnel de l’ONG.

« Nous voulons recycler 2 millions de sachets environ qui sont jetés et qui trainent tous les jours dans les rues de Lomé. Vous savez, ce calcul là, il n’y a pas vraiment de statistiques publiques officielles. On a juste estimé qu’il y a environ 2 millions de personnes dans la grande commune de Lomé et ses environs, et si un Togolais vivant dans ces lieux consomme un sachet de pure water par jour, ça veut dire qu’il y a tous les jours 2 millions de sachets de pure water qui trainent. Et donc, nous, notre objectif, c’est de pouvoir les récupérer. Les récupérer parce que ces sachets là quand on les ramasse quand on les brûle, ce n’est pas la solution pour l’environnement. Les récupérer, les coudre, c’est notre façon de les recycler et de les réutiliser au quotidien, d’éviter au maximum leur impact sur l’environnement, sur la santé de la population.

« On a démarré sur des fonds propres de l’ONG. On a réussi à faire le minimum d’équipement nécessaire à la production. On va recycler maintenant jusqu’à 50000 sachets par mois, on tourne autour de 300000 F cfa de chiffres d’affaires par mois. Ce qui permet pour l’instant de couvrir les charges de l’atelier mais pas encore pour gagner de l’argent et financer des projets sociaux. Mais on a de l’espoir et puis justement, on cherche des investisseurs, ceux qui y croient et qui veulent bien se lancer dans l’aventure avec nous. »

Abra Tenu prévoit d’ouvrir, toujours dans à Kpalimé, sa ville d’origine,  le 1er bar à Jus de fruits ViViFruits et une unité de fabrication des savons artisanaux aux huiles végétales.  La savonnerie déjà existante a une capacité de production de 3.000 pains de savon par jour. Les savons Kari-kari (propreté en Ewe, langue locale du Togo)de l’ONG sont fabriqués de manière artisanale et constituent une source de revenu supplémentaire  pour les revendeuses.

Aimée Abra Tenu fait partie des 3 femmes nominées par Vlisco pour partager leurs rêves avec les autres femmes. Le vote se poursuit jusqu’au 23 mars 2014 sur le site www.dream.vlisco.com. Cette compétition s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme.

Par Roger Adzafo

Image de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *