A la Une, Affaires, Angola, People, Projets, Vidéos

Edie Mukiibi : le roi du jardin bio africain

018032014160628000000adiemukiibiok

28 ans, et une grande passion : le bio.

Edie Mukiibi vient d’être élu vice-présidence de l’organisation écolo-gastronomique italienne Slow Food International qui s’engage sur le continent.

Et la feuille de route de cet ougandais est simple : créer de nouveaux jardins potagers sur le continent.

Etudiant, il se passionne pour l’agriculture, conseille régulièrement les fermiers de sa localité, leur demandant de réduire l’usage d’engrais et de renouer avec les pratiques agricoles traditionnelles : » Si on prend une ferme africaine classique, on y trouve des arbres fruitiers, des légumes, des tubercules… C’est grâce à ce modèle que, pendant des siècles, l’Ouganda n’a jamais connu la famine ».

Il connait le dossier sur le bout des doigts : « Dans l’ouest du pays, les agriculteurs ont massivement planté du maïs. Sauf qu’il y a eu récemment une grosse sécheresse et que les plants n’ont pas résisté. On dit qu’il faut plus de nourriture pour l’Afrique… Mais c’est de diversité dont on a besoin ».

En 2008, il lie son destin à Slow Food lorsque l’organisation met en place Terra Madre, son réseau de cultivateurs en Afrique. « Nous parlions la même langue ! »

Il lance des ateliers de jardinage dans les établissements scolaires situés en zone rurale. « À l’école, le jardinage est une punition. Les élèves qui arrivent en retard doivent bêcher le potager de l’instituteur. On transmet aux jeunes un regard négatif sur l’agriculture, alors qu’elle peut apporter tellement de choses ».

Edie Mukibi est fier des résultats de son action : mille potagers bio, uniquement constitués de variétés locales et cultivés par des communautés rurales ou urbaines ont déjà vu le jour. Il voit grand puisqu’il veut multiplier leur nombre par dix.« C’est un challenge auquel il faut s’atteler dès maintenant. Au moment où McDonald’s et KFC viennent s’installer en Afrique, nous devons défendre notre biodiversité et notre indépendance alimentaire. Nous sommes capables de nourrir notre continent !

Le message est clair !

 

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *