A la Une, Côte d’Ivoire, Mode, People, Vidéos

Awa Fadiga : la mort d’un top modèle qui bouleverse la Côte d’Ivoire !

Unknown-1 Unknown images

Elle était belle, l’avenir lui appartenait !

Awa Fadiga, une jeune mannequin ivoirienne de 23 ans n’est plus. Elle est décédée mardi aux urgences du CHU de Cocody à Abidjan. Et selon ses proches, elle aurait pu être sauvée si elle avait été mieux pris en charge à son arrivée.

Le drame a été rapporté par le site des Observateurs de France 24.

L’émotion est vive :  a provoqué un profond émoi en Cote d’Ivoire Une page Facebook  a été créée : « Awa Fadiga, stop plus jamais ça ». Le nombre de 1O OOO « like »a été très vite dépassé.

Awa Fadiga a été agressée, le 23 mars en début de soirée à l’arme blanche par un chauffeur de taxi. Des passants lui viennent en aide vers 23h00. Elle est alors pris en charge par les secours. Selon le ministère de la Santé, elle est déjà « dans un état comateux ».

Mais selon ses proches, aucun soin ne lui aurait été prodigué à 13 heures le lendemain,  depuis son admission aux urgences. » La raison : le non-paiement des frais médicaux demandés par l’hôpital, affirment-ils. »

La jeune mannequin est décédée mardi à 7 h du matin malgré plusieurs heures de réanimation.

L’hôpital, contacté par France 24, dément via le service de communication cette version des faits et affirme que la jeune femme avait été prise en charge et soignée dès son arrivée.

Dans un communiqué publié le 25 mars, le ministère de la Santé, confirme aussi qu’ Awa Fadiga  « a reçu les premiers soins médicaux que nécessitait son état, par voie veineuse, y compris un nettoyage et des soins corporels par les filles de salle, avec eau savonneuse et antiseptique ».

Le ministère estime que la victime est « décédée suite à une agression inadmissible et intolérable qui n’engage pas la responsabilité des services de santé. »

Une affaire dont on va encore beaucoup entendre parler…

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *