A la Une, Affaires, Mode, People, Projets, Sénégal, Vidéos

Dieynaba Ndoye Bakiri : du pétrole aux produits de beauté africains…

 007032012175959000000rokhaya 028042011170931000000couleurs

Elle fait partie des 20 femmes africaines les plus influentes selon le magazine Forbes comme Africa Top Success l’a rapporté.

Dieynaba Ndoye Bakiri est la co-fondatrice de Colorii, la première enseigne destinée à la beauté noire et métisse.

Dieynaba est née à Dakar dans une famille nombreuse – une fatrie de 8 enfants-. Elle a a vécu au Koweït, en Irak et en Angleterre où son père était fonctionnaire d’ambassade. En 1994, elle débarqua à Paris, le bac en poche. Elle travaille comme fille au pair pour payer ses études malgré une bourse d’Etat sénégalaise.

« Je n’ai jamais eu peur de me lancer dans quoi que ce soit, parce que mes parents ont toujours été derrière moi pour me dire que je pouvais aller au-delà de mes limites. »

Son petit frère  Ahmed Ndoye, directeur des achats chez Colorii se souvient : «elle cherchait toujours à être la première. »

Elle a la chance de faire un stage chez Schlumberger, une société franco-américaine de services pétroliers où est recrutée. Son ascension est rapide : elle est promue responsable des ventes de systèmes de transactions informatiques en Angleterre puis chargée des ventes de systèmes de sécurité informatique en France. Elle devient même directrice de recrutement et de la communication auprès des grandes écoles . « Même si je devais prouver mes capacités et mon excellence deux fois plus parce que je suis une femme, noire de surcroît, j’ai gravi les échelons. »

En 2006, elle quitte Schlumberger et c’est alors qu’elle a l’idée de lancer un centre de beauté où les Noirs et les Métis de Paris trouvent tous les produits cosmétiques et de bonne qualité.

Avec son amie Cécile Abric, elle ouvre en septembre 2007, la première boutique Colorii aux Halles.  Le succès fut rapide. Aujourd’hui, elle veut implanter son enseigne en Afrique et notamment à Dakar.

Elle se souvient : « J’étais frustrée dans les centres commerciaux ! Il me fallait bloquer une journée par mois pour me faire coiffer, acheter des produits capillaires, du maquillage… C’était vraiment une injustice que tout le monde trouve son bonheur dans un seul et même endroit, sauf nous !  (…) Je me suis rendue compte que les besoins étaient immenses. »

La première boutique ouvre aux Halles puis l’enseigne se développe dans les centres commerciaux de Rosny 2,  Évry 2,  Argenteuil et à la Défense.

« Diey­naba est très organisée et hyper à l’écoute », observe Cécile Abric.

En trois ans, le chiffre d’affaire de l’entreprise a triplé pour atteindre 3,5 millions d’Euros.

Image de prévisualisation YouTube



A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *