Afrique de l’Ouest, Afrique du Sud, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-vert, Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Egypte, Erythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Équatoriale, Guinée-bissau, Kenya, Lesotho, Libéria, Lybie, Malawi, Mali, Maroc, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, Nigéria, Océan indien, RD Congo, Rép. Centrafricaine, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Swaziland, Tanzanie, Togo

Officiel : Le Nigéria est la première puissance économique d’Afrique

nigeria

Africa Top Success vous l’annonçait. C’est désormais officiel. Le Nigeria est la première puissance économique d’Afrique. Le pays de Goodluck Jonathan vient de surclasser l’Afrique du Sud après le changement de calcul de son PIB. Le Produit intérieur brut du Nigeria est évalué à 510 milliards de dollars, contre 384 milliards  pour l’Afrique du Sud. Si la nouvelle place du Nigéria ne surprend point, il n’en est pas de même de l’écart qui le sépare  de l’Afrique du Sud.

Plusieurs analystes ont prédit son bond cependant personne n’a imaginé son ampleur (95%). Cette augmentation surprenante du PIB du Nigéria est en partie à mettre à l’actif des services. En effet la part des services dans le PIB a progressé à 53 %, contre 29 % auparavant.  Le Cinéma nigiérian « Nollywood » a aussi participé  au classement (1,2%).

« Le Nigeria est devenu la plus grande économie en Afrique en terme de PIB et devient la 26e plus grande économie dans le monde (…) Sur la base du revenu par tête, le Nigeria arrive en 121e position dans le classement mondial », exclame la ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala, citée par l’AFP.

Dans un pays qui compte 170 millions d’habitants dont 64% vit au dessous du seuil de la pauvreté cette nouvelle n’est pas si heureuse. Ce nouveau classement du Nigeria n’apportera pas de modification dans le panier de la ménagère. Le pays qui n’a pas modifier les techniques de calcul de son PIB depuis 1990, vient juste de faire une mise à jour que la population ne sentira point. Par contre la nouvelle pourrait crisper les plus démunis qui se rendront compte que le pays a pourtant progressé sur le plan macroéconomique.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *