A la Une, Bénin, Burkina Faso, Cap-vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-bissau, Libéria, Mali, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Togo

Togo : Le port de Lomé plus compétitif avec son 3ème quai

quai

Le groupe français Bolloré veut faire du port autonome de Lomé, l’un des premiers en eau profonde de la sous-région.  Il s’est engagé à appuyer l’Etat togolais dans la construction d’un troisième quai de 450 mètres de long et 15 mètres de tirant d’eau.  D’un coût de 300 milliards de F CFA, le chantier dont l’exécution a duré 18 mois, sera livré dans quelques semaines selon Charles Gafan, représentant du Bolloré Logistics au Togo. Dans un entretien accordé au site d’information gouvernemental du Togo, il précise les impacts du troisième quai sur l’économie togolaise. Africa Top Success vous propose l’intégralité de l’entretient.

 

Tout a été bouclé très vite. Moins de 3 ans de travaux, un véritable exploit 

Au départ, le Groupe Bolloré souhaitait réaliser l’ouvrage en deux étapes ; d’abord un quai de 300 mètres, puis son extension ultérieure. Mais quand les travaux ont débuté, Vincent Bolloré a indiqué qu’il dégageait le financement pour construire directement 450 mètres.

Raison pour laquelle le projet a coûté 300 milliards ?

Oui, mais je tiens à préciser que quoi qu’il en soit, Bolloré s’était engagé auprès de l’Etat togolais à investir cette somme. D’ailleurs, ce n’est pas 300 milliards pour le seul quai, mais également pour l’aménagement et l’extension du terminal, la modernisation des portiques l’informatisation etc. Tout le personnel sera équipé de terminaux permettant une gestion en temps réel des opérations de transbordement et de stockage. Les clients pourront suivre en temps réel le processus de manutention et de livraison de leurs conteneurs.

 

 Quels seront les bénéfices directs pour l’économie togolaise ?

Le terminal à conteneur va permettre de doubler la capacité du port avec l’accueil et le stockage.

Dans les prochains mois, le quai sera mis en exploitation.

Côté emploi, 500 nouveaux collaborateurs seront recrutés, à cela, il faut ajouter plus de 800 emplois indirects. Une grande majorité du personnel est constituée de Togolais.

La douane et les impôts seront les grands bénéficiaires avec un volume annuel traité beaucoup plus important, donc davantage de ressources pour l’économie nationale.

 Les armateurs manifestent-ils déjà de l’intérêt pour ce port modernisé ?

C’est évident. Les super-conteneurs venant d’Asie vont choisir le port de Lomé pour son tirant d’eau, sa rapidité de traitement, ses facilités de transbordement et pour sa position géographique qui permet de cibler les pays de l’Hinterland.

 

A lire aussi :

Trackbacks / Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *