A la Une, Affaires, Nigéria

Jason Njoku : il fait partie des 10 jeunes africains les plus prometteurs pour Forbes !

rss_1397232905_8d59dee6b91eb2dec837990622a0811bea2496a0_0

Il n’a que 33 ans,  mais pour Forbes, Jason Njoku fait partie des dix jeunes millionnaires les plus prometteurs du continent africain.

Africa Top talents avait déjà tracé le parcours de ce petit génie.

Le Nigérian Jason Njoku est l’une des plus belles réussites africaines sur le net. Chimiste de formation, diplômé de l’université de Manchester, il est le fondateur de iRokoTV, le plus important distributeur de films nigérians au monde. Il propose un service d’abonnement en ligne aux nouveaux films nigérians et ghanéens pour un abonnement mensuel de 5 dollars. Son site compte déjà plus de  500 000 abonnés, et l’heureux fondateur a pu lever près de 12 millions de dollars auprès d’investisseurs privés.

Njoku a fondé plusieurs sociétés Internet avant de lancer Iroko Partners. Il est aussi présent dans la musique avec iROKING (pour la musique nigériane).

Iroko est le principal partenaire de YouTube en Afrique. Il totalise plus de 200 vues via ses canaux Nollywood Love and Aruba amour.

Il veut devenir un acteur incontournable pour le cinéma africain aussi. «Avant, la distribution des films nigérians se faisait par DVD. Nous avons donc imaginé un autre moyen pour les producteurs de faire de l’argent : la distribution en ligne. Nollywood («N» pour Nigéria) est l’appellation générique pour désigner le cinéma nigérian, qui représente la deuxième plus grosse production cinématographique au monde, en quantité, derrière Bollywood (Inde) et Hollywood. On ne peut pas acheter tous les films produits par Nollywood, mais on peut essayer de chercher les meilleurs, et voir si nos clients vont les apprécier»

50 films par semaine sont produits au Nigeria. Le coût de ces films oscille entre $25.000 (environ 18.000€) et $70.000 (environ 55.000€)

Sur son succès, Jason Njoku dit :  «Sans aucun doute, Iroko Partners a enfin rendu l’industrie du film nigérian accessile à la diaspora africaine. Mieux que cela, depuis que nous sommes arrivés, et avons commencé à payer pour distribuer les films en ligne, les producteurs sont plus que jamais capables de monétiser leurs contenus, et recevoir un salaire pour leur travail, plutôt que de voir leurs revenus dilués dans un système de distribution chaotique et souvent illégal.»

Il emploie aujourd’hui 81 personnes, à Lagos, Londres et New York.  Sur son site l’entreprise se décrit d’ailleurs comme celle qui «grossit le plus vite au Nigeria».

« Sur le papier, je suis millionnaire, très bien, mais (…) ce ne sont pas des espèces à la banque. Nous n’avons pas encore prospéré, nous ne sommes pas encore rentables, nous avons encore un long chemin à parcourir ».

Il dirige Spark, qu’il définit lui même comme « une compagnie qui crée des compagnies ».

Il est marié  à Mary et il a un jeune garçon.

Son histoire n’a pas été simple : il est né en Angleterre dans une famille d’immigrés nigérians. Il a été abandonné par son père peu après sa naissance. et élevé par une mère célibataire qui avait du mal à joindre les deux bouts, dans le quartier populaire d’East London. Il a réussi à aller à la fac et à faire de brillantes études.

Son diplôme de chimie de l’Université de Manchester en poche, Jason Njoku tente de créer son entreprise : « J’ai passé cinq bonnes années de ma vie à échouer dans tout ce que je tentais »

Il se souvient encore de l’époque où il dormait sur le canapé des copains. Son meilleur ami et colocataire d’université, Bastien Gotter a cru en lui et et a investi dans le projet d’Iroko ses économies, amassées en quelques années comme trader dans le pétrole.

« J’avais confiance en lui, en tant qu’ami. Et puis j’aime quand les gens de la diaspora retournent dans leur pays d’origine pour créer une entreprise, ils ont tendance à bien sentir le marché local« .

Jason Njoku décide de découvrir le Nigeria, son pays d’origine où il n’avait fait que quelques séjours dans son enfance et part à la conquête des producteurs de cinéma. « Il a fallu gagner la confiance de chacun »?

Il lance une chaîne sur Youtube, « Nollywoodlove », en décembre 2010, avant de développer la plateforme IrokoTV. Des fonds d’investissement suivent dont celui de  l’Américain Tiger Global, qui y a placé 8 millions de dollars.

Sa grande leçon : « La ténacité est une qualité importante: être capable de se prendre des coups pendant cinq ans et continuer à être excité, enthousiaste, et toujours dans la course« .

La suite on la connait. Et ce n’est qu’un début…

Image de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTube

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *