A la Une, Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, RD Congo, Rép. Centrafricaine, Rwanda, Sao Tomé-et-principe, Tchad

Nadia Uwamahoro : La Rawandaise démythifie les TIC à Kigali

nadia

A 27 ans, Nadia Uwamahoro est une source d’inspiration, un modèle pour la jeunesse africaine. En 2011, la jeune rwandaise, à l’époque étudiante  avait déjà trois entreprises à son actif (une agence d’organisation de mariages, un restaurant et une start-up, Data Systems.  Imvano.com, son site d’information en kinyarwanda (langue locale du Rwanda) ,  est un véritbale succès  qui attire les grands annonceurs de Kigali.

Nadia Uwamahoro croit au developpement de son pays avec les Technologies d’information et de Communication (TIC). PDG de Data Systems Ltd, elle est la promotrice du  projet GiraICT. Cette initiative consiste  à doter la population rwandaise des outils informatiques à prix abordable.

En partenariat avec de grands fournisseurs occidentaux (HP , Lenovo, Fujitsu , Samsung , Apple et Star Times), Data Systems Ltd vent essentiellement des ordinateurs portables, de bureau , les écrans TV , tablettes , Smartphones , scanners , imprimantes et modems  et des logiciels.

Les bénéficiaires de ce projet sont les personnes qui  ont un besoin urgent d’utilisation de ces équipements dans leur vie quotidienne et dans leurs entreprises mais quine les possèdent pas. Il s’agit entre autres des enseignants, écoles, étudiants, agents de sécurité, Infirmiers et des médecins, salariés  et des PME en gestation.

En dehors de la fourniture de matériels informatiques, la société  de  Nadia Uwamahoro  développe également des applications pour des répondre aux besoins des sociétés (logiciel de gestion de la clientèle, de payement …).  La réputation  de Data Systems Ltd, a dépassé les frontières du Rwanda.  Les services de la société sont sollicités au Ghana, au Burundi et en République Démocratique du Congo (RDC).

Le succès éclatant que connait l’initiative de Nadia Uwamahoro  ne doit pas cacher les difficultés qu’elle a affrontées.

«  Au départ, ma jeunesse m’a posé des problèmes, se souvient-elle. Les clients n’ont pas l’habitude d’avoir affaire à des Rwandais et encore moins à des étudiants pour ce genre de produit. Mais heureusement, ici tout le monde s’intéresse aux nouvelles technologies », a-t-elle indiqué.

Image de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *