A la Une, Algérie, Bénin, Burkina Faso, Cap-vert, Côte d’Ivoire, Djibouti, Egypte, Erythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-bissau, Kenya, Libéria, Lybie, Mali, Maroc, Mauritanie, Nigéria, Projets, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Sports, Tanzanie, Togo, Tunisie

Lamine Diack : le président de l’IAAF honoré par Macky Sall

diack1

En août 2015, le Sénégalais  Lamine Diack (80 ans)  quittera la tête de  l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF). Après 15 ans de gestion de l’instance mondiale d’athlétisme, Diack peut être fière de ses résultats. Dans son pays natal, il est considéré comme un modèle pour le continent africain. Lors de la dernière  réunion du Conseil exécutif de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (Iaaf ) à Dakar, il fut élevé au rang des Commandeurs de l’Ordre national du Lion par le président de la République du Sénégal Macky Sall.

Son seul regret est de n’avoir pas pu rendre plus riche l’IAAF. « J’aurais bien aimé rendre plus riche l’IAAF comme la FIFA (ndlr Fédération internationale de football) », a indiqué  Lamine Diack à Dakar. Et pourtant le Sénégalais laisse l’association dans une parfaite santé financière. Ses actions à la tête de l’institution sont saluées par tous.

L’IAAF avec Lamine Diack s’est dotée d’un programme de développement, la Chine a fait son retour dans les rangs et l’Afrique est représentée dans plusieurs instances mondiales.  L’un des programme novateurs à mettre à l’actif du président Diack est  le « kid’s athletics.» Ce programme qui consiste à introduire l’athlétisme dans les écoles primaires a participé à l’universalisation de la discipline.

« Avec humilité, il a largement contribué au rayonnement de l’athlétisme mondial et pour nous tous, c’est un modèle, j’ai été très heureux de l’hommage qui lui a été rendu ici (…) Lamine Diack, c’est pour nous les dirigeants sportifs un Nelson Mandela », a indiqué Hamad Kalkaba Malboum, le président de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) à l’APS.

Lamine Diack avant d’être la figure de l’athlétisme mondial était un sportif confirmé. Spécialiste du saut en longueur, il fut également joueur de football dans le club dakarois du Foyer France Sénégal (FFS).  Directeur technique de l’équipe nationale du Sénégal de 1964 à 1968, il fut président  du comité national olympique du Sénégal en 1985 avant de prendre la tête de l’AAIF en 1999.

Lamine Diack a également eu une carrière politique. De 1978 à 1980, il a été maire de Dakar avant de se tailler un siège au parlement sénégalais de 1978 à 1993.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *