A la Une, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-vert, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Équatoriale, Guinée-bissau, Libéria, Mali, Nigéria, RD Congo, Rép. Centrafricaine, Rwanda, Sao Tomé-et-principe, Sénégal, Sierra Leone, Tchad, Togo

Banque mondiale : Bientôt la création de 19 centres d’excellence africains

formation

La Banque mondiale veut faire de l’adéquation formation-emploi, une réalité en Afrique. L’institution vient d’allouer une enveloppe de 150 millions de dollars pour la création des centres d’excellence africains dans sept (7) pays de l’Afrique de l’ouest et centrale.

Avec les  centres d’excellence africains, la Banque mondiale veut améliorer la qualité de l’enseignement des disciplines tournées vers l’avenir en Afrique. Sont concernés par projet, les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie, des mathématiques (STIM), l’agriculture et de la santé.

Au total 19 centres seront crées dans les universités africaines retenus sur concours.  Le Nigéria reçoit la grande partie du financement (70 millions de dollars). Sont également concernés, le Ghana (24 millions), le Sénégal (16 millions), le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun et le Togo (8 millions de dollars chacun). La Gambie, quant à elle, va bénéficier d’un crédit de 2 millions de dollars et d’un don de 1 million de dollars.

« L’Afrique a besoin de forger ses propres solutions en matière de recherche et d’innovation, afin de s’atteler à ses défis de développement, […] or la proportion de chercheurs dans la population active reste excessivement faible : pour la recherche et le développement (R&D) par exemple, le Burkina Faso et le Nigéria ont un ratio de 45 et 38 experts par million d’habitants, contre en moyenne 481 et 1 714 respectivement en Amérique latine et Asie de l’Est », explique le communiqué de la Banque mondiale publié le 15 avril.

Les  centres d’excellence africains permettront aux étudiants africains de faire des études de qualité sans avoir à quitter leur continent. Le concept est également salutaire pour les opérateurs économiques d’Afrique. Ils n’auront plus besoin de recruter des compétences étrangères pour le développement de leurs activités économiques.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *