A la Une, Burundi, Cameroun, Congo, Guinée Équatoriale, Rép. Centrafricaine, Rwanda, Sao Tomé-et-principe

Réduire la pauvreté au Gabon : Ali Bongo veut investir 250 milliards F CFA dans le social

ali-bongo-ondimba

Quelle stratégie mettre en œuvre pour réduire considérablement la pauvreté qui frappe 30% de la population gabonaise ? Le Chef d’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, pense avoir trouvé l’arme redoutable pour combattre le fléau.

Le numéro 1 du Gabon a décidé d’injecter une enveloppe globale de 250 milliards FCFA (environ 500 millions USD) durant les trois prochaines années pour financer la politique sociale du pays.

Selon le président, ces fonds permettront de financer les filets de protections économiques et transferts solidaires, le développement des activités génératrices de revenus, la mise en place d’un fonds pour le microcrédit et l’amélioration du service public de l’emploi.

Clôturant samedi dernier a Libreville, les travaux des Assises Sociales du Gabon (ASG), un forum qui avait pour but de sortir les gabonais de l’extrême pauvreté, le président gabonais a également annoncé « la prise en charge à 100% des malades atteints de cancers ainsi que les familles vivant dans une grande précarité ».

Dans le même registre, il a décidé que « l’Etat prendra totalement en charge les frais médicaux aux urgences médicales, les premières 24 heures, lorsque le diagnostic vital est engagé, pour tous les gabonais qu’ils soient assurés ou non ».

Selon une étude, beaucoup de gabonais sans ressources, meurent aux urgences par défaut de prise en charge des frais liés à leur traitement.

Comme remède,  Bongo a par ailleurs décidé d’augmenter les allocations familiales versées aux enfants des familles économiquement faibles.

Ces allocations passent de 4.000 à 5.000 FCFA par mois et par enfant. Une nouvelle augmentation interviendra en octobre prochain, a-t-il annoncé.

Selon un récent rapport du cabinet américain McKinsey, 30% des gabonais sont pauvres, 95.000 familles gabonaises vivent avec moins d’un dollar par jour alors que le pays est riche en pétrole, en bois et en minerai.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *