A la Une, Bénin, Burkina Faso, Cap-vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée-bissau, Libéria, Mali, Nigéria, Sierra Leone, Togo

Embargo sur les armes légères et les diamants ivoiriens : C’est levé !

Conseil

Nous l’annoncions lundi 28 avril et c’est désormais chose faite. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a levé mardi les embargos sur les armes légères et sur les diamants imposés à la Côte d’Ivoire.

Cependant, le Conseil a prorogé jusqu’au 30 avril 2015 l’embargo sur les autres armes ainsi que le gel des avoirs financiers et l’interdiction de voyager dont sont frappés certains individus dans le pays.

Pour mémoire, l’embargo sur les diamants de la Côte d’ Ivoire a été déclaré en décembre 2005, tandis que celui sur les armes par le Conseil de sécurité est en vigueur depuis novembre 2004.

Dans sa résolution 2153 adoptée à l’unanimité, le Conseil de sécurité a indiqué que « les mesures interdisant l’importation par tout Etat de diamants bruts provenant de la Côte d’Ivoire ont été levées en raison des progrès accomplis dans la mise en œuvre du Système de certification du Processus de Kimberley et dans la gouvernance de ce secteur ».

Le Conseil se félicite par ailleurs des progrès accomplis dans le sens du rétablissement de la sécurité, de la paix et de la stabilité en Côte d’Ivoire saluant les efforts que le président et le gouvernement ivoiriens continuent de déployer pour stabiliser la situation sur le plan de la sécurité, accélérer le relèvement économique du pays et renforcer la coopération internationale et régionale, notamment resserrer la coopération avec les gouvernements ghanéen et libérien.

La résolution précise tout de même que l’embargo sur les armes à la Côte d’Ivoire ne s’applique pas à la fourniture aux forces de sécurité ivoiriennes d’armes exclusivement destinées à appuyer le processus ivoirien de réforme de l’appareil de sécurité, à l’exception de neuf catégories d’armes dont les missiles surface-air et des aéronefs armés, qui devront être approuvés au préalable par le Comité des sanctions.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *