A la Une, Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zambie

Africa du Sud : un second mandat assuré pour Jacob Zuma

zuma

Demain 07 mai, les citoyens sud-africains éliront leurs représentants à l’hémicycle. A l’image des grands électeurs des USA, les 400 députés élus désigneront à leur tour le prochain président de l’Afrique du Sud, le 21 mai. Malgré les tempêtes traversées par l’ANC de Jacob Zuma, les sondages donnent  le parti serait favori.

 

Jacob Zuma n’a pas eu un mandat aisé. Le président sud-africain avant même son accession à la magistrature suprême en 2009, était attaqué par ses opposants sur sa vie conjugale (polygame). Durant son  premier mandat, Jacob Zuma a essuyé plusieurs critiques qui ont affecté la réputation légendaire de l’ANC.

 

Le meurtre par la police sud-africaine de 34 grévistes dans la mine de Marikana (nord) en août 2012, la forte présence des inégalités constatées entre noir et blanc malgré l’abolition de l’apartheid (les blancs sont six fois mieux payés que les noirs) ainsi que l’espérance de vie de la population qui a baissé de 62 à 56 ans durant les 20 dernières années constituent  des griefs contre la gestion du président Zuma.

 

Et pourtant le premier mandat de l’ancien leader de la jeunesse de l’ANC n’a pas été qu’une suite d’échecs. Beaucoup d’avancées ont été constatées. « 96% des ménages ont maintenant accès à l’eau potable contre 62% en 1994, 87% à l’électricité contre 58%, le taux de criminalité –effrayant– a baissé, il y a moins de bidonvilles, une classe moyenne noire a émergé », indique le magazine Jeune Afrique sur son site.

 

Ces prouesses expliqueraient les 60% d’intention de vote dont est accrédité le parti dont le président a été sévèrement critiqué pour l’utilisation des recettes publiques pour les travaux d’aménagement de sa résidence privée.

 

Jacob Zouma pour sa réélection, mise sur la notoriété emblématique de Nelson Mandela. Les affiches de campagne du parti invitent la population à voter ANC « pour Mandela ».

L’AD, le parti politique d’Helen Zille pourrait gagner du terrain (20%) mais ne parviendra pas à détrôner l’ANC.  Le parti qui milite pour changement, la lutte contre la corruption et un meilleur accès aux services publics et à l’emploi pourrait conserver la province du Cap (sud-ouest) lors des élections régionales.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *