Bénin, Burkina Faso, Cap-vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée-bissau, Libéria, Mali, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Togo

Modernisation du Bénin : 5.629 milliards de F CFA à mobiliser avant 2018

benin

Le gouvernement béninois entend moderniser le pays et son arsenal de production. Pour ce faire, il a élaboré un ensemble de grands projets qui nécessitent  un financement  de plus de 5.629 milliards de francs CFA avant 2018.

Comment mobiliser ces fonds dans les meilleurs délais ? L’organisation d’une table ronde est donc prévue du 17 au 19 juin prochain à Paris (France).

Cette rencontre de haut niveau regroupera les partenaires techniques et financiers, le secteur privé et la diaspora béninoise et africaine dans la capitale française au chevet des projets structurants du Bénin, regroupés autour de cinq pôles névralgiques, notamment les infrastructures de transports ; énergétiques ; d’agriculture, du tourisme et de la santé.

« L’idée de l’organisation de cette table ronde émane du souci du gouvernement de poser les jalons d’une économie prospère et durable, avec à la clé une croissance suffisamment forte pour inverser la courbe de la pauvreté et du chômage », a expliqué lundi à Cotonou, Marcel de Souza, le ministre béninois en charge du développement.

Selon ce dernier, il s’agirait de faire passer le volume d’investissements à 29% à l’horizon 2018 contre 19% actuellement et booster la croissance économique jusqu’ici haletante pour la hisser à hauteur de 8% suffisant pour ramener le taux de pauvreté à 25% dans la même période.

Dans le domaine des infrastructures de transport, il s’agira de mobiliser la communauté financière sur le méga projet de l’épine dorsale qui englobe plusieurs infrastructures telles que le port en eau profonde de Sème-Podji, l’aéroport de Glo-Djigbe, la voie ferroviaire Cotonou-Niamey, les ports secs

En ce qui concerne le domaine énergétique, il est prévu de construire six barrages hydroélectriques, des centrales de biomasse et d’éoliennes pour sortir le Bénin de sa sempiternelle dépendance énergétique qui freine l’élan de tout son secteur productif.

Dans le domaine de l’agriculture, l’accent sera mis sur la valorisation des vallées du pays par la mise en place de plusieurs aménagements hydroélectriques sur les fleuves Ouémé, Niger, Mono, Pendjari, l’organisation des filières ananas, anacarde , palmier à huile.

Dans le secteur touristique, le projet phare à concrétiser, est celui de la route des pêches qui constitue non seulement une mine d’emplois pour la jeunesse, mais une énorme source de devises pour l’économie nationale.

Pour ce qui est du domaine de la santé, le projet vise à ériger un hôpital de classe internationale, doté d’un plateau technique moderne, susceptible de prendre en charge la quasi-totalité des grandes pathologies qui jusque-là requièrent une évacuation sanitaire souvent trop coûteuse pour le contribuable.

« La mobilisation de ressources s’étendra également aux secteurs minier et pétrolier pour une exploitation judicieuse du potentiel récemment mis en exergue par les travaux de scanning du sous-sol béninois »,  a souligné M de Souza.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *