A la Une, Côte d’Ivoire, Sénégal

Cheikh Hamidou Kane : Pour les Etats Unis d’Afrique !

Cheikh_Hamidou_Kane

L’écrivain sénégalais Cheikh Hamidou Kane, l’auteur du célèbre livre « L’aventure ambiguë », interviewé par le site Africultures en marge du dernier salon du livre et de la presse tenu à Genève (du 30 avril au 04 mai 2014 ) évoque l’avenir  l’Afrique qui doit passer par une fédération des Etats africains.

« C’est en tout cas vers cela qu’il faut aller, vers l’intégration, les États-Unis d’Afrique. Nous n’avons pas pu faire comme les Américains qui sont passés de la situation de dépendance coloniale à celle de la fédération. Nous, nous avons raté cette occasion. Si l’Indépendance est survenue à la même période dans quasiment tous les pays d’Afrique, elle s’est faite en ordre dispersé », a-t-il déclaré.

Pour l’écrivain sénégalais, l’Afrique ne dispose pas encore d’ institutions fortes. L’armée et la monnaie des Etats africains (surtout francophones) sont trop faibles pour porter le développement du continent.

« Le franc CFA dont la signification était « Colonies Françaises d’Afrique », transformé en « Communauté Financière Africaine ». Mais c’est la même monnaie qui ne sert pas toujours les intérêts des Africains. Il faudrait une monnaie africaine. Les armées des 55 pays d’Afrique sont des illusions d’armées. Lors de la crise au Mali, les 17 pays de la CEDEAO ont réuni des forces armées, mais il a fallu que la France vienne avec son armée pour « sauver » le Mali. Nous avons des simulacres d’armées, des simulacres de gouvernements », rajoute-t-il.

Cheikh Hamidou Kane tout comme le célèbre auteur Joseph Ki-Zerbo estime que l’Afrique a été dépossédée de son initiative politique (nous n’avons plus eu de rois et d’empereurs depuis l’arrivée de l’Occident européen), de son identité culturelle (aucun de nos pays n’a comme langue officielle une langue africaine, sauf peut-être quelques rares pays comme le Rwanda), de son espace, car les 55 pays d’Afrique sont 55 anciennes colonies, celles que les Européens ont découpées lors du congrès de Berlin.

.

A lire aussi :

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont déactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.