A la Une, Côte d’Ivoire

Les Nappys de babi : la revalorisation de l’identité africaine

nappy

Un nouveau concept se prépare à emporter le continent africain. Elles sont de plus en plus  nombreuses les femmes africaines qui arborent fièrement leurs cheveux naturels et crépus. Le défrisage des cheveux, les perruques et les tissages qui étaient la mode depuis plusieurs décennies, tendent à perdre du terrain. Tout est parti des réseaux sociaux avec la création de la page « Nappys de babi » (Natural et Happy), qui compte actuellement plus de 3.500 adhérents.

Les images des africaines qui s’exhibent avec des cheveux naturels non défrisés dans les rues remontent au lendemain des indépendances. Depuis plusieurs années, les dames d’Afrique, sous l’influence de la mode occidentale, ont opté pour le défrisage des cheveux. Il est devenu quasiment impossible de se faire remarquer sans avoir mis des produits chimiques dans ses cheveux. Le phénomène a même emballé les hommes qui n’ont d’yeux que pour les filles à « la mode ».

Depuis 2012, Mariam Diaby, une jeune ivoirienne a lancé « Nappys de babi », le concept qui invite les femmes africaines à être fière de leurs cheveux naturels. Face à l’accueil positif réservé à l’initiative, Mariam Diaby a organisé le 12 avril 2014 la première rencontre bimensuelle des membres du groupe à Abidjan.

Une centaine de personnes ont répondu aux rendez-vous qui, selon sa promotrice, constitue un cadre pour les membres afin d’évoquer les techniques relatives à l’entretien  des cheveux crépus.

Sur la page Facebook du concept, plusieurs conseils sont donnés aux femmes pour soigner leur chevelure. Des produits naturels, des styles de coiffures et bien d’autres astuces sont également proposés aux membres.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *