A la Une, Cameroun, Mode

Yves Eya’a : le jeune promoteur de la mode au Cameroun


yves_eyaa

Yves Eya’a ne regrette pas son choix en décidant de rentrer au pays pour partager sa riche expérience avec ses compatriotes. Diplômé du Centre National de Danse de Pari, le jeune camerounais a enseigné la danse contemporaine avant de retrouver sa vocation ; la mode.  Il acquiert une notoriété au syndicat de mode et habillement Zily Mac Chillou où il était assistant au délégué général avant de rentrer au pays en 2010.

Dès son arrivée, il crée le Centre des créateurs de mode du Cameroun (CCMC) promoteur du Forum des métiers de la mode et du design de Yaoundé qui est à sa 5ème édition cette année. Le centre organise régulièrement des ateliers sur la technique, l’économie, l’industriel et le statut juridique de la mode.

Pour permettre aux Camerounais passionnés de la mode de s’épanouir, Yves Eya’a et son centre offre la chance à 13 jeunes créateurs de se faire connaître chaque année. Florence Oloumou Amanounga, une des pépinières d’ Yves Eya’a a obtenu cette année une bourse de l’institut français de Paris. Elle effectuera trois mois de stage d’apprentissage avec Imane Ayissi.

Pour cette année, le forum des métiers de la mode et du design de Yaoundé se tiendra du 02 au 15 juin 2014. Placé sous le thème « mode et développement économique », le rendez-vous d’échange et de partage connaitra la participation de treize jeunes créateurs et d’autres professionnels du métier.

« Nous sommes déjà en pleine préparation, et je ne vais pas vous le cachez, Imane Ayissi  comme l’année dernière va assurer la direction artistique du forum. L’école Berlinoise revient avec une nouvelle collection. Vous aurez aussi le plaisir de voir de « l’obom » revisité par les allemands et je vous garantis ça c’est quelque chose d’extraordinaire ! Et nous avons d’autres créateurs qui viennent du Sénégal et du Nigéria. Nous vous donnerons plus de détails au fur et à mesure », a indiqué Yves Eya’a dans une interview accordée au site camerounais ndjoka.com. 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *