A la Une

Akissi Delta : l’histoire de l’analphabète devenue icône du cinéma africain

delta-akissi

Pour les plus jeunes, Delta est la gentille femme Bohiri dans la série télévisée « Ma famille » qui connait un franc succès depuis sa première diffusion en 2002. Delta de son vrai nom Akissi Delta n’est pas qu’une actrice. Elle est également une réalisatrice et une productrice. Avant ses périodes de gloire marquées par son film « Ma famille », Delta à longtemps vécu dans l’oubliette.

Pour une jeune fille qui n’a jamais mis pieds à l’école, seule la volonté pouvait lui permettre de réaliser ses rêves.  Née en 1960 à Dimbokro ( centre de la Côte d’Ivoire), l’actrice ivoirienne  Delta Akissi a côtoyé le milieu du show très tôt.

Elle  n’a jamais voulu considérer son analphabétisme comme un handicap à son ascension. Elle en a fait d’ailleurs un défi. « Ma tante m’a appris à parler français et surtout la politesse. Les gens se servent sciemment du fait que je ne sois pas allée à l’école pour me faire croire que je ne comprends rien à rien. Alors que ce n’est pas le cas. Je me sens donc incomprise et ce n’est pas agréable surtout que je me sais capable de choses que certains munis de tous leurs diplômes ne sauraient faire », avoue-t-elle.

Danseuse dans un premier temps ( en 1976), elle a posé pour plusieurs magazines avant de se lancer dans le cinéma.   Elle a joué dans plusieurs films dont « Afrique, mon Afrique » en 1994, « Rue Princesse » en 1993 ou encore « Joli cœur 1992 ».  Son succès, elle le doit à son passage à la télévision nationale ivoirienne où elle a appris les rouages du métier. Delta a également profité de ce canal pour écrire les scénarios de son premier film  «  les secrets d’Akissi » qui raconte sa vie.  Les acteurs de son second film « Ma famille » ont aussi été dénichés à la télévision.

Difficultés du tournage

La série télévisée « Ma Famille » contrairement à ce que pouvaient imaginer plusieurs téléspectateurs n’a bénéficié d’aucun appui financier. Selon Delta productrice du film, les premiers numéros de la série ont été tournés grâce à un prêt d’1 million de F CFA octroyé par une dame burkinabè. Les premières ventes du film ont servi a remboursé les dettes et à financer les numéros suivants.

Delta  dénonce le désengagement de son pays en matière d’appui aux artistes. « Les artistes ne sont pas considérés comme au Burkina Faso. Là-bas, c’est leur  » café-cacao « – leur trésor. D’ailleurs avec les problèmes que les hommes de culture connaissent en Côte d’Ivoire, on devrait se rabattre sur autre chose. On ne sait pas à quoi servent les ministères de la Culture et cela dure depuis toujours », s’insurge-t-elle.

Bientôt la suite…

Après le succès rencontré par la première partie de la série « Famille », Delta Akissi compte débuter prochainement le tournage de la suite des problèmes laissé en suspens. Pour ce faire,  pas question de changer l’équipe. Les acteurs que les téléspectateurs ont connus et aimés dans la première partie seront au rendez-vous.  Delta a reconnu que la presse a joué un mauvais rôle dans la crise qui a secoué son équipe mais que le calme est revenu dans « la famille ». Comme innovation de cette nouvelle production, la délocalisation des lieux de tournage. Delta Akissi compte ainsi remercier à sa manière, ces nombreuses chaines de télévisions africaines qui diffusent et rediffusent son film.

Image de prévisualisation YouTube

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *