A la Une, Cameroun

Alain Foka : la bibliothèque vivante d’Afrique

foka-alain

Alain Foka fait partie des journalistes francophones africains les plus influents du Monde. Engagé dans la réhabilitation de l’histoire de l’Afrique, il est l’auteur de la célèbre phrase « Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans Âme », qui débute chaque numéro de son émission « Archives d’Afrique » diffusée sur RFI. Après la production des émissions en coffret, il travaille actuellement à la réalisation d’une version vidéo de ses œuvres prioritairement destinées à la jeunesse africaine.

Né le 22 juillet  1964 à Douala (Cameroun) Alain Foka a connu une enfance épanouie en touchant à plusieurs disciplines parmi lesquelles, le théâtre, la boxe, la musique et le judo. Encadré par un père officié de police qui voyait en lui un futur  intellectuel, Alain Foka a obtenu son baccalauréat littéraire  avec mention bien et intègre la prestigieuse Ecole Supérieure Internationale de Journalisme du Cameroun (ESIJY).

Ambitieux, il décide d’exercer sa passion hors des frontières du Cameroun natal. Alain Foka prépare simultanément deux diplômes ; l’un en science Pô à Paris et l’autre au Centre de formation des Journalistes de la Rue du Louvres.  Avec les deux sésames en poche, il commence sa carrière de journaliste à France Inter où il présente des flashs d’informations puis il rejoint simultanément Europe 1 et La Cinq  en tant que reporter.

« Les français n’étaient pas prêts pour écouter une voix africaine ». Cette phrase qui lui a été lancée à Europe1 changera le destin de Foka. Il décide de plier bagage et de rentrer au Cameroun. Dès son arrivée, il crée Afric Vision, sa première société de production qui deviendra en 1995 Phoenix Production.  Avec sa caméra achetée à crédit, il réalise plusieurs documentaires sur le continent. Il vit en 1994 le génocide rwandais. Avec plusieurs documentaires réalisés sur les personnalités de l’époque comme Sékou TOURE, Ahmadou AHIDJO, Houphouët BOIGNY ou encore Seyni KOUNCTHE, il devient une personne ressource de RFI en Afrique.

Alain Foka retourne en France avec pour objectif, la réhabilitation de l’histoire de l’Afrique. « Il entre à Radio France Internationale avec pour ambition de donner une lecture africaine, une vision africaine de l’actualité, un autre son de cloche moins consensuel. Et surtout, une perception différente de ce que les traditionnels média véhiculent sur son continent, pour lequel il s’est pris d’une profonde affection », peut-on lire sur son site.

Alain Foka est vite devenu sur la « radio mondiale » le spécialiste n°1 de l’Afrique. Ses émissions sont très prisées aussi bien en Afrique qu’en occident. En 2011 il fut classé parmi les 100 africains les plus influents dans la catégorie médias par le magazine New Afrique.

 

A lire aussi :

Aucun commentaire accepté

Les commentaires sont déactivés. Vous ne serez pas en mesure de poster un commentaire dans cet article.