A la Une, Sénégal

Sidiki Kaba : le ministre-avocat qui veut recadrer le débat à la CPI

sidiki_kaba_2

Auteur de l’ouvrage « La Justice universelle en question – Justice de blancs contre les autres ? », le ministre sénégalais de la Justice, Sidiki Kaba, est candidat à l’assemblée des États partis à la Cour pénale internationale (CPI). Une candidature placée sous le signe de la « réconciliation ».

M Kaba figure parmi les trois candidats à la succession de l’Estonienne, Tiina Intelmann, qui préside l’assemblée des États partis à la Cour depuis 2012, dont le mandat s’achève 2015.

Avocat et véritable défenseur des droits de l’Homme depuis plus de 30 ans, il prône une justice internationale renforcée.

Dans une interview accordée à nos confrères de Jeune Afrique, il affiche ses intentions par rapport a cette institution.

Sans détour, Sidiki Kaba appelle la Cour pénale internationale (CPI) à davantage « écouter les Africains ».

« Il ne faut pas que l’Afrique, qui est le continent le plus représenté à La Haye, quitte la Cour. Il faut que la CPI ouvre des enquêtes partout où il y a eu des crimes qui relèvent de ses compétences, et pas seulement en Afrique », soutient ce dernier.

Il appelle également les 122 Etats parties à participer au financement de la Cour « afin d’assurer son indépendance d’action ».

Se prononçant sur le cas Karim Wade au Sénégal, il affirme que le procès du fils de l’ancien président débutera bien le 31 juillet prochain. « Nous aurons un procès équitable », a-t-il rassuré.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *