Projets, RD Congo

RDC : lancement d’un ambitieux programme de parcs agro-industriels

xparc-agro-industriel.gif,qresize=710,P2C434.pagespeed.ic.6OaIiJMt22

C’est aux manettes d’un tracteur tirant un système d’épandage que le chef de l’Etat, Joseph Kabila, a inauguré mardi, le site de Bunkanga Lonzo, à environ 220 km à l’est de Kinshasa. Il s’étend sur 75.000 hectares.

A terme, l’Etat prévoit le lancement de 20 parcs agro-industriels afin de mettre en valeur le potentiel agricole énorme du pays.

Ravagée par 20 ans de conflits qui perdurent dans sa partie orientale, la RDC est aujourd’hui un importateur net de denrées alimentaires alors qu’elle dispose, selon les autorités, de 80 millions d’hectares des terres arables et d’une main-d’œuvre abondante, largement inemployée.

Selon le gouvernement, ce vaste projet vise donc à doper le développement du pays et à mettre en valeur l’énorme potentiel de terres arables dont elle dispose.

Les autorités compétentes soulignent que le site de Bunkanga Lonzo a été choisi pour son potentiel de production à très haute valeur ajoutée : terre arable à fort rendement, disponibilité en eau et facilité d’irrigation, proximité avec la ville de Kinshasa qui constitue un marché et un débouché commercial de plus de 10 millions de personnes.

Un parc agro-industriel est « une zone économique spéciale aménagée et dotée de services allant de la recherche à la mise sur le marché », a expliqué le ministre de l’Agriculture, Jean Chrisostome Vahamwiti, rappelant que le gouvernement voulait voir le pays quitter l’ère de l’agriculture de subsistance pour entrer dans celle de l’agro-industrie.

Environ 83 millions de dollars ont été mobilisés pour le lancement du projet. Une société mixte récemment créée, la Sopagri, est chargée de fournir les services, les équipements et les intrants agricoles pour ce site dont la gestion a été confiée à un consortium sud-africain, Africom.

Les premiers semis et plantations de maïs et haricots doivent avoir lieu en septembre pour une récolte aux alentours de février-mars 2015.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *