A la Une, Sénégal

Diadji Diop : le sculpteur sénégalais spécialiste du rouge et du géant

diop2

Diadji Diop n’a pas réalisé son rêve d’enfance, celui  de devenir architecte. Au lieu de bâtir des édifices, le Sénégalais « construit  des hommes » avec de la terre. Ses œuvres font le tour des musées européens et surplombent la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (Paris).

Né en 1973, Diadji Diop a vécu une enfance heureuse  dans la chaleur d’un père inspecteur de banques et d’une mère haut fonctionnaire (PNUD).  « Je dessine depuis que je suis capable de tenir un crayon(…) J’ai commencé par copier des super héros, avec toujours une même passion pour le trait réaliste », confie-t-il.

diop3

L’histoire du jeune sénégalais prend une autre tournure à l’âge de 13 ans lorsque son père décéda. Très affecté, il comble le vide laissé par la disparition celui-ci en créant des personnalités fictives dans des bandes dessinées et dessins animées.  Après l’obtention du baccalauréat en 1992 il s’inscrit à l’École d’arts appliqués où il découvre le volume.

Il participe avec succès au concours des Beaux-Arts de Paris et se consacre désormais aux sculptures. « Pour l’examen, j’ai décidé pour la première fois de travailler le rouge, une couleur qui deviendra une matière à part entière et que j’emploie depuis quasiment systématiquement » explique Diadji Diop.

diop

En 2009, les œuvres de l’artiste sénégalais son exposées dans les jardins de l’Élysée puis au Musée de l’histoire de l’immigration depuis 2011. Diop porte un regard assez critique sur la biennale d’art contemporain de Dakar. « Tant qu’elle sera axée sur le travail des Africains, même si ça part d’un bon sentiment, ça ne donnera jamais qu’une image d’artistes de seconde zone », précise-t-il.

A lire aussi :

3 Comments

  1. Diouf

    Bravo jeune homme pour l’originalité, le talent et la liberté des choix porteurs de ces sculptures. J’adhère parfaitement aux contenu des mixions, des espaces culturels dédiés à la grâce de la diversité inclusive. Je veux dire les rencontres hors de l’étroitesse des considérations ethniques. Les sentiments esthétiques sont humains, or donc pourvoyeurs de beautés saisissables par tout regard informé. Continuez donc de vous inspirer des grands espaces, en restant toujours à la mesure du monde-planète et par delà. Bon vent pour vous dire que j’aime beaucoup vos visions colorées.
    Dr. Saliou Démanguy Diouf.

    • Pape Diadji diop

      Merci

  2. sandra

    Très chouette…enfin si on peut dire.
    C’est devenu mon image whatsapp!
    Félicitations et bonne route!
    Sandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *