A la Une, Côte d’Ivoire

Marguerite Abouet : De l’écriture au social

 

livre-pour-tous

Elle n’a passé qu’une partie de son enfance à Yopougon mais ce quartier de la capitale ivoirienne  a profondément marqué l’écrivaine Marguerite Abouet et est devenu sa principale source d’inspiration.

Depuis quatre ans, Marguerite Abouet a créé et dirige  en France l’association « Des livres pour tous ». Le projet consiste à mettre en place des maisons de quartier-bibliothèques en Afrique. Sans surprise la première localité bénéficiaire de cette initiative fut Yopougon, le quartier qui a vu naître l’auteure.

Après la Côte d’Ivoire et le Sénégal, l’association travaille avec LYSD (une organisation à but non lucratif très active au Togo) pour l’implantation d’une bibliothèque au Togo.

« Mon envie, c’est de donner aux enfants des histoires qui leur permettront de s’épanouir.Le but de cette association est de provoquer en Afrique cette rencontre entre les jeunes et les livres en créant des bibliothèques de quartier », a écrit Marguerite Abouet à sur le site officiel de son association.

Née en 1971 Marguerite Abouet a rejoint la France à l’âge de 12 ans. Après des études à Paris, elle aligne de petits boulots et découvre sa pension pour l’écriture. Pendant qu’elle jouait encore à la super-nounou pour triplés ou à l’opératrice de saisie, elle prit plusieurs notes  qui n’ont pas fait objet de publication dans un premier temps.

Abouet a également travaillé comme assistante juridique à Romainville, près de Paris où elle continuait par écrire. Elle s’intéresse à la bande dessinée et sort en 2005, le premier tome de « Aya de Yopougon ». L’œuvre relate la vie de l’auteur et de sa génération à Yopougon. Sa ma manière de décrire le quotidien des personnages, loin des idées reçues sur l’Afrique, donne un caractère original à la bande dessinée.  L’œuvre vendue à 350 000 exemplaires fut récompensée en 2006 par le premier prix au festival d’Angoulême en 2006.

En 2011, Marguerite Abouet se lance dans la réalisation pour l’adaptation d’Aya de Yopougon en film d’animation, qu’elle coréalise avec Clément Oubrerie au sein d’Autochenille Production. Elle en écrit également le scénario et en conçoit la première maquette dessinée. L’Ivoirienne écrit aujourd’hui de nombreuses histoires pour l’édition, la télévision et le cinéma.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *