A la Une, Guinée

Bonne gouvernance : la Guinée admise à l’ITIE

conde

L’attente aura duré près d’une décennie. La Guinée est depuis  le 02 juillet 2014 membre  de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE). Ce nouveau statut du pays marque la volonté de l’Etat et des autres membres du secteur minier d’œuvrer pour la transparence et la bonne gestion des mines.

La Guinée a un sous-sol riche. Le pays dispose d’importantes ressources minières comme l’or, le diamant, le fer, le pétrole et l’uranium, le phosphate ou encore le manganèse. L’acceptation de la Guinée à se conformer aux exigences de l’ITIE crédibilise le pays aux yeux des investisseurs étrangers.

Pour atteindre cet objet, la Guinée a bénéficié de l’appui de ses partenaires notamment la coopération Allemande à travers la GIZ, la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement.

Pour les organisations de la société civile guinéenne, la bonne nouvelle ne doit pas les faire baisser la garde. L’Association Action Mines Guinée estime que le nouveau statut de la Guinée marque le début de la rigueur dans la gestion des mines.

« Cette validation ne doit pas nous détourner de l’essentiel. Certes, elle est une grande victoire, mais ne constitue pas une fin en soit. Elle doit plutôt être considérée comme un véritable départ vers une meilleure surveillance des industries extractives », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

L’association tout en soutenant l’initiative, formule une série de recommandations aux autorités guinéennes.

Pour gagner ce pari, l’association action mines Guinée recommande

-Le renforcement des capacités des structures de veille (médias et société civile) ; -une réforme du comité de pilotage conformément aux recommandons du secrétariat international de l’ITIE consignées dans la déclaration de validation ;

-La publication régulière des rapports ITIE ;

-L’élargissement du périmètre de la transparence de l’ ITIE aux ressources halieutiques et forestières ;

-La mise en place immédiate de la cour des comptes ;

-La justification de l’utilisation des revenus issus du secteur minier par l’Etat.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *