Politique

Ebola : dépistage obligatoire pour les participants africains au sommet US-Afrique

sommet

L’annonce du président Barack Obama a été claire et nette vendredi. Et c’est à titre préventif.

Des participants au sommet USA-Afrique à Washington, venant de pays affectés par le virus Ebola, subiront des contrôles médicaux à leur arrivée aux Etats-Unis.

« Nous nous assurons que nous faisons des contrôles là-bas quand ils quittent (leur) pays. Nous ferons des contrôles supplémentaires ici », a souligné le chef de l’exécutif américain lors d’une rencontre avec la presse à la Maison-Blanche.

Dans son intervention, M Obama n’a toutefois pas mentionné les noms des  pays d’Afrique concernés.

Pour ce dernier, il s’agissait de « mesures de précaution » pour d’éventuels délégués au sommet qui auraient couru un « risque marginal, infinitésimal d’exposition » au virus Ebola.

« Ce qui est fondamental c’est d’identifier, de mettre en quarantaine, d’isoler ceux qui ont contracté (le virus) et s’assurer que des protocoles sont en place pour éviter les contaminations », explique Barack Obama.

Le Président américain affirme tout de même qu’« Ebola n’est pas quelque chose qui se transmet facilement ».

Soulignons au passage que la pandémie s’invitera également dans les discussions afin de trouver les voies et moyens pour freiner sa propagation.

A rappeler également que le président sierra-léonais Ernest Bai Koroma tout comme ses homologues Ellen Johnson-Sirleaf du Liberia et Catherine Samba-Panza la République centrafricaine, ont renoncé à se rendre au Sommet.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *