A la Une, Burkina Faso

Idrissa Nassa : le patron de Coris Bank International vise l’UEMOA

NASSA-IDRISSA

Suite au succès rencontré sur le marché financier burkinabè (2ème derrière Ecobank), Coris Bank International part à la conquête de l’Afrique. Instruit après les tentatives manquées du Niger et du Tchad,  la banque des PME et PMI s’installe  en Côte d’Ivoire, au Mali  (1 août) et au Togo (septembre).  En six années d’existence Coris Bank  a atteint 500 milliards de F CFA (762 millions d’euros) de total de bilan consolidé fin 2013.

« Notre souhait est de dupliquer l’expérience du Burkina dans les pays d’implantation. Pour l’instant, le marché de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une priorité. Mais à terme, nous avons des ambitions africaines », explique Idrissa Nassa

Derrière cette jeune banque qui nourrit des ambitions panafricaines, se cache un Burkinabè de 49 ans, Idrissa Nassa. L’homme détient 70%  du capital de la banque. Avant de faire ses premiers pas dans le monde des finances, Idrissa Nassa était un commerçant accompli. Il a fait fortune dans l’import-export des pièces détachées (des engins à deux roues) et des produits alimentaires (sucre, riz).

L’achat en 2001de Financière du Burkina en faillite, marque le début Idrissa Nassa dans l’univers des finances. En spécialisant sa banque dans le financement des PME/PMI, l’homme ne s’est pas trompé de vocation. Il surclassera les autres banquiers avec son expérience acquis dans le commerce.

« Il a un avantage que les autres banquiers n’ont pas : il a d’abord été commerçant, il va vers la clientèle (…) Il a amené les PME du secteur informel à travailler avec Coris en leur accordant davantage de souplesse dans les garanties demandées et en les accompagnant intelligemment vers le secteur formel », a confié Thierno Seydou Nourou Sy à Jeune Afrique.

Idrissa Nassa  s’est également entouré d’une équipe de professionnels qui croit en son projet. Il a su conquérir ses collaborateurs qui ne ratent pas l’occasion de le magnifier : « Il est patient et a une véritable culture du résultat ». « Il est de ces patrons qui pensent que, parfois, leurs collaborateurs peuvent leur apprendre des choses », décrit un de ses anciens collaborateurs.

Selon Jeune Afrique, Idrissa Nassa   a également des projets dans le secteur de l’hôtellerie. L’homme d’affaire burkinabè est déjà propriétaire de deux hôtels.

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. TOUGLO kodjovi

    salut, je suis vraiment fière de cet homme responsable; et surtout ses effort m’encourage beaucoup. je ne cèsse de lui souhaité que du meilleur. Et surtout merci d’avoir pris position de réduire le chômage africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *