Projets

Intégration africaine : l’UE finance un programme à plus de 500 milliards de FCFA

1407440946448

L’intégration continentale de l’Afrique est devenue une priorité essentielle tant pour l’Union Africaine (UA) que pour l’Union européenne (UE).

Un nouveau programme la consolidation du partenariat stratégique Afrique-UE mis en place depuis 2007 vient de bénéficier d’une bouffée d’oxygène.  Il s’agit du « Programme panafricain » qui vient d’être lancé par l’UE pour la période 2014-2020.

D’un coût global de 845 millions d’euros, soit environ 549 250 000 000 F CFA, la première phase du programme qui couvre la période 2014-2017 pour un coût total de 269 750 000 000 F CFA, « entend ouvrir de nouvelles perspectives de coopération entre l’Union européenne et l’Afrique ».

A en croire José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, « ce programme devrait contribuer à accroître la mobilité sur le continent africain, améliorer les échanges commerciaux entre les régions et permettra aux deux continents de mieux faire face aux défis transnationaux et mondiaux, comme les migrations et la mobilité, le changement climatique ou la sécurité ».

Le programme va également soutenir l’UE dans ses missions d’observation électorales dans ses États membres, ainsi que l’amélioration de la gouvernance des migrations et de la mobilité en Afrique d’une part, et d’autre part entre ce continent et l’UE.

« Les défis auxquels nous sommes confrontés dépassent aujourd’hui les frontières nationales. Cela est vrai autant en Europe qu’en Afrique, et partout ailleurs », estime M Barroso.

Il poursuit en soutenant que : « C’est pourquoi j’ai proposé de créer un programme panafricain afin de trouver des solutions à l’échelle régionale et continentale et de soutenir le processus de l’intégration africaine, dans lequel l’Union africaine joue un rôle central. Aujourd’hui, l’alliance entre l’Afrique et l’Europe s’avère plus indispensable que jamais. Ce programme la consolidera davantage ».

« Ce programme est surtout novateur en ce qu’il permet à l’UE d’établir un lien entre les actions de coopération qu’elle mène avec l’Afrique du nord, l’Afrique du Sud et l’Afrique subsaharienne », a précisé pour sa part, Andris Piebalgs, le commissaire chargé du développement à l’UE.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *