Bénin

Benin : 13 villes accueillent la 9ème Nuit des contes

contes-afrique-2-copie

« En Afrique quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Cette phrase de l’écrivain Amadou Hampâté Bâ, résume à suffisance, la place prépondérante de la communication orale dans les cultures africaines. Pour perpétuer la tradition, le Bénin abrite le 14 août 2014, la 9ème édition de la Nuit des contes.

13 villes béninoises  (Malanville, Parakou, Bohicon, Possotomey, Lokossa, Kétou, Bohicon, Savalou, Tchaourou, Djougou, Natitingou, Abomey et Cotonou) accueillent l’édition 2014 du festival dénommé « La nuit des Contes ». Selon l’agence chinoise Xinhua, cette rencontre vise à attirer l’attention de la jeunesse africaine en général, celle du Bénin en particulier, sur les valeurs éducatives des contes et légendes.

Le Père Israël Mensah, président de l’association Mémoire d’Afrique, initiatrice de l’évènement réaffirme l’importance des contes et légendes. « Le conte au-delà de sa valeur éducative et instructive est un symbole de nos cultures traditionnelles susceptibles de renseigner sur notre identité. Il revêt un sens très important dans l’édification des peuples (…) Nous avons tendance à perdre nos valeurs et nous projeter dans celles d’autrui. Il faut donc redonner une certaine identité à l’Homme africain afin qu’il se réapproprie ses propres origines », explique-t-il.

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. TOSSAVI M.Wilfried

    Au Bénin, les populations accordent une très grande importance à la spiritualité, et la pratique religieuse, qu’elle soit traditionnelle ou moderne, est un élément important de la vie quotidienne. Le bénin est considéré comme le berceau du Vodounet plus de 80% de la population béninoise pratiquent cette religion traditionnelle que certains appellent également Animisme. Ces pratiques sont encrées dans les traditions des peuples depuis des siècles, et pour beaucoup de visiteurs, elles constituent l’un des aspects les plus intéressants de la culture à explorer.
    Ce culte animiste reste aujourd’hui très vivace dans le pays.Les nombreuses cérémonies rituelles s’accompagnent de chants, de battements de tambour, de danses, de prières et d’offrandes aux fétiches. L’entrée en relation de l’individu avec les divinités du vodoun se manifeste par des transes, un des aspects les plus spectaculaires de ce culte.
    La grande diversité des danses religieuses et rituelles contribue également à la richesse culturelle du Bénin. Très complexes et étonnamment expressives, ces chorégraphies traditionnelles se pratiquent à l’occasion de festivités bien particulières telles que la Gani, qui rassemble la communauté Baatombu, mais aussi lors des nombreuses fêtes improvisées. Ne manquez pas d’y assister, si l’occasion se présente.
    Le pays étonne également par sa diversité culturelle se traduisant par des cultes et traditions propres à chaque ethnie.
    Le pays e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *