A la Une, Bénin, Politique

Isidore Gnonlonfoun : le ministre béninois plébiscité à la tête de la CADDEL

IMG_8234

Démarrés le 11 août, les travaux de la 3e session ordinaire de la Conférence africaine de la décentralisation et du développement local (CADDEL) ont pris  fin le 15 août dernier à Cotonou au Bénin. Rencontre à l’issue de laquelle, le ministre de la Décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire, Isidore Gnonlonfoun a été désigné pour occuper la présidence de la conférence pour le compte du mandat 2014-2017.

Ces cinq jours ont été, faut-il le souligner, meublés par des échanges, des analyses, des propositions et des recommandations.

Aussitôt élu, M Gnonlonfoun a rassuré les membres de la Caddel qu’ « il s’évertuera à faire aussi de ce mandat une réussite ».

« Je m’attacherai à préserver les nombreux acquis de cette présidence et à redoubler d’effort pour relever les nouveaux défis qui se posent à la Caddel », a-t-il promis.

Le ministre béninois a tout de même invité tous les membres de la Caddel ainsi que les partenaires traditionnels à « s’engager pour que le mandat du Bénin soit couronné de succès ».

Il a par ailleurs salué la gestion de son prédécesseur, Carmelita Rita Namashulua, la ministre en charge de l’Administration et de la Décentralisation du Mozambique.

« J’entends pouvoir compter sur votre engagement et votre disponibilité habituels pour capitaliser votre riche expérience et assurer la réussite du mandat qui s’ouvre ce vendredi 15 août 2014 », a-t-il lancé à l’ endroit de son prédécesseur.

Le tout nouveau président de la Caddel n’a pas manqué de saluer l’ambiance bon enfant qui a prévalu tout au long de la rencontre de Cotonou.

La CADDEL a été créée par les Ministres en charge de ce secteur, pour promouvoir dans les Etats membres, la décentralisation et la gouvernance locale, en marge de la deuxième édition d´Africités qui s’est tenue en 2000 à Windhoek en Namibie.

Cette initiative a été réaffirmée trois années plus tard en 2003 lors de la 3ème édition d´Africités de Yaoundé, au cours de laquelle le Cameroun a été désigné pour présider aux destinées de la CADDEL.

Deux années plus tard, en Octobre 2005, une autre réunion des ministres s´est tenue à Yaoundé en dehors d´Africités.

Cette dernière a donné lieu à la Déclaration de Yaoundé à travers laquelle les Ministres se sont engagés pour le compte de leurs Etats à promouvoir la décentralisation.

 

 

 

 

 

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *