A la Une, Guinée

Ebola : la BAD octroie 60 millions de dollars aux pays touchés

Kaberuka4(1)

La Banque africaine de développement (BAD)  entend renforcer les systèmes de santé publique de l’Afrique de l’Ouest, notamment en réponse à la crise d’Ebola.

L’institution vient d’accorder une subvention de 60 millions de dollars, faisant partie d’un montant global de 120 millions de dollars à « mettre en œuvre immédiatement ».

Cette aide s’inscrit dans un plan d’urgence que la BAD a mis en place pour une riposte à l’épidémie qui ravage depuis mars dernier plusieurs pays de l’Afrique.

Selon un communiqué, « le Conseil d’administration de la BAD, traditionnellement en vacances pendant le mois d’août, a convoqué une réunion d’urgence, démontrant ainsi la détermination de l’institution à aider les pays à faire face à cette crise de santé publique ».

« Avec plus de 2000 cas diagnostiqués et 1145 personnes décédées, cette situation est une alerte pour la communauté internationale. Elle indique qu’une telle tragédie aurait pu être évitée si des investissements pour le renforcement des systèmes de santé avaient été réalisés », souligne le document.

Notons que la subvention de la BAD sera attribuée au Centre de coordination sous-régionale d’Ebola de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) basé à Conakry en Guinée, compte tenu de sa vaste expérience dans la gestion des épidémies mondiales, précise le communiqué.

La même source précise que cette subvention fait partie d’un appui plus large de 210 millions de dollars qui comprend 150 millions de dollars en prêts et subventions, tout comme le don de 60 millions de dollars.

Elle ajoute que la somme de 60 millions de dollars comprend quatre subventions d’aide d’urgence d’un million de dollars chacune pour les quatre pays affectés, soit un total de quatre millions de dollars.

L’épidémie d’Ebola a commencé en Guinée en mars 2014 et s’est rapidement propagée au Libéria, en Sierra Leone et au Nigéria.

Dans son dernier bilan, diffusé mardi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recense 2 240 personnes atteintes, dont 1 229 sont mortes.

« Ceci est l’une des crises de santé publique les plus compliquées qu’on ait jamais connue. Nous ne faisons pas face simplement à une maladie, mais aussi à l’écroulement intégral de systèmes de santé dans certains pays de la région », a relevé Donald Kaberuka (photo), le Président de la BAD.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *