A la Une, Afrique du Sud, Projets

Premier avion militaire 100 % africain : vol d’essai public avec succès

joxX7GN

Le premier avion militaire made in Africa a effectué avec succès son premier vol d’essai public, mercredi 13 août, depuis l’aéroport Wonderboom de Pretoria en Afrique du Sud. A rapporté mercredi lundi l’agence Ecofin.

Selon l’agence, deux groupes aéronautiques sud-africains, Paramount et Aerosud, ont développé cet appareil qui associe un fuselage d’hélicoptère avec une queue double inspirée des bombardiers de la deuxième guerre mondiale.

L’avion de type AHRLAC (acronyme de l’anglais pour avion léger de reconnaissance à haute performance) est de taille modeste. Il est conçu pour deux personnes.

Paramount a décrit l’ARHLAC comme « le premier aéronef militaire à ailes fixes à avoir été complètement conçu, testé, et développé en Afrique ».

Une soixantaine d’ingénieurs africains ont travaillé près de 315,000 heures sur le premier prototype depuis le lancement du projet en 2011.

« L’émergence de l’Afrique en tant que puissance de plus en plus importante sur la scène économique signifie que le monde attend désormais que l’Afrique joue un plus grand rôle pour empêcher et contrôler les conflits sur le continent », a déclaré le patron de Paramount, Ivor Ichikowitz, dans un communiqué publié sur le site du groupe.

« La solution est de développer des capacités africaines pour résoudre ces défis africains », a ajouté M. Ichikowitz.

Selon Paramount, l’AHRLAC pourrait séduire des clients bien au-delà du continent africain en accomplissant des tâches qui nécessitent habituellement quatre types d’aéronefs différents, de la simple surveillance aux missions d’attaques en passant par les opérations de « guerre électronique ».

Dans une interview à la revue britannique spécialisée dans les affaires militaires IHS Janes, M. Ichikowitz a précisé que l’AHRLAC pourrait accomplir des missions d’attaque pour un quart du coût que nécessiterait un hélicoptère de combat.

Paramount espère produire deux à trois exemplaires d’AHRLAC par mois, qui seraient ensuite vendus environ 10 millions de dollars chacun.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *