A la Une, Congo, Projets

Orbleu : les meilleurs en eau, c’est en décembre à Brazzaville

africanwater

Qui sont ceux-là qui ne cessent d’intensifier des actions pour la préservation des ressources en eau potable en Afrique ? Rendez-vous en décembre prochain  à Brazzaville au Congo pour les découvrir, en marge de la seconde édition du prix panafricain « Orbleu ».

Un prix qui récompense les acteurs qui se sont investis pleinement dans le domaine de l’eau, lequel prend cette année une « dimension panafricaine » avec une soirée de remise des trophées.

C’est le Cabinet Eau Afrique qui est l’organisateur de cet événement qui se décline en quatre prix bien distincts lors de cette édition.

Il s’agit du prix leader municipal qui prime une ville africaine développant de meilleures pratiques en matière de protection des ressources en eau.

Le deuxième prix appelé « leadership universitaire » est décerné à une université qui a eu à effectuer des travaux de recherches scientifiques dans le domaine de l’eau.

« Ce prix est un prix spécial Président de la République qui a pour objectif de stimuler la recherche universitaire », soulignent les organisateurs.

Le 3e prix récompense les recherches appliquées appelé prix d’excellence qui récompense la meilleure thèse des universités africaines et le 4e, celui des innovations éco-technologiques récompense toute personne ayant mis sur le marché une innovation.

Pour participer a ce concours, chaque participant devra constituer un dossier de candidature en remplissant obligatoirement la fiche de candidature téléchargeable sur le portail d’information : www.eauafrique.com.

Les critères de sélection énumérés ont trait à l’exemplarité, la reproductibilité, l’innovation et l’originalité.

La cérémonie de lancement du prix a été animée conjointement Cyprien Fabile, manager de Eau Afrique ; du professeur Euloge Agbossou, directeur de l’institut national de l’Eau (université d’Abomey-calavi-Benin) ; de waliyou Boussari, PDG du groupe Forag (société des forages du Golfe de Guinée) et de Taofik Boussari, ingénieur de projet Tsiforg.

Se prononçant sur les critères qui ont prévalu au choix de Brazzaville, ces derniers ont souligné les traits historiques de cette ville qui a été l’ancienne capitale de l’Afrique Equatoriale Française.

Autres raisons évoquées : l’organisation d’un forum sur les sciences et l’investissement du président Sassou N’Guesso dans le projet « Eau pour Tous » qui entend ériger entre 3000 et 5000 forages d’eau dans les villages du Congo.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *