A la Une, Mali

OIF : Dioncounda Traoré retire sa candidature

 

traore-di
L’ancien président malien Dioncounda Traoré, candidat au poste du secrétaire général de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) ne fera plus partie de la course. Selon les informations rapportées par le magazine Jeune Afrique, l’actuel président malien Ibrahim Boubacar Keita(IBK) a invité son prédécesseur à retirer sa candidature afin de ne pas compromettre les autres candidatures maliennes dans les instances internationales.
Le désistement du président Dioncounda Traoré n’est pas encore officialisé mais selon ses proches rapportés par Jeune Afrique, cela ne devrait plus tarder. Lors de son entretien avec IBK, celui-ci a demandé à l’ancien président par intérim du Mali de retirer sa candidature au poste du secrétaire de l’OIF. Le Mali ne veut pas compromettre les chances de ses candidats à la présidence de la Banque africaine de développement (BAD) et à la direction régionale Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).



Avec le désistement de Dioncounda Traoré, il reste le Mauricien Jean Claude de L’Estrac, le Congolais Henri Lopes et le Burundais Pierre Buyoya qui ne parviennent toujours pas à formuler une candidature unique africaine face à la Canadienne Michaëlle Jean.
Pierre Buyoya débute sa campagne avec une conférence de presse à Paris au cours de laquelle il refuse de laisser son passé politique compromettre sa candidature à la tête de l’OIF. Pour raapel, il est reproché à l’ancien président burundais d’avoir accédé au pouvoir dans son pays par des coups d’Etat.
« C’est vrai, je suis arrivé au pouvoir dans des conditions particulières, mais je crois avoir utilisé le pouvoir pour servir mon pays peut-être mieux que certains qui sont arrivés par des élections directes. Ce qui compte aussi, ce n’est pas comment on est arrivé au pouvoir mais comment on quitte le pouvoir (…) » se défend Buyoya.

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. Concernant le Candidat BUYOYA, il ne faut pas toutefois oublier ceci :

    Le dictateur Pierre BUYOYA a régné au Burundi après un putsch contre son « cousin » Jean-baptiste Bagaza qui lui-même fait un putsch contre »leur oncle » Michel Micombero. Leur Dictature ( la dictature des Bahima burundais placée par le France en 1965 pour faire barrage aux Belges, anciens colons ) au Burundi a causé plus que 4,5 Millions de victimes Barundi en près de 40 ans de Régime.
    Lire : http://www.burundi-agnews.org/genocide.htm ; http://www.burundi-agnews.org/criminalisation.htm
    Parmi les victimes des millions de réfugiées : http://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm

    Le Dictateur BUYOYA Pierre, on lui doit le massacre de NTEGA MARANGARA en 1998 [ 100 000 morts ], la mort du Président NDADAYE en 1993, la guerre civile du Burundi ( 1993 à 2003) [ 500 000 morts] et les camps de concentration au Burundi [ 1,5 Millions d’internés soit 1/4 de la population burundaise ] et près de 1,5 Million d’exilés Barundi:
    [1] http://burundi-agnews.org/genocide.htm#1988
    [2] http://burundi-agnews.org/la-societe/histoire/guerre-civile-1993-2003/?p=120 et http://burundi-agnews.org/les-articles-concernant-la-guerre-civile-du-burundi-1993-2003
    [3] http://www.burundi-agnews.org/ccburundi.htm et http://www.burundi-agnews.org/agnews_analysecampsregroupement.htm
    [4] http://burundi-agnews.org/agnews_refugees.htm

    En conclusion, cet homme n’est pas aimé dans son pays. Il tente de se cacher à l’OIF ( terminer ses vieux jours ) pour échapper à la mise en place de la Commission nationale Vérité et Réconciliation qui va commencer son travail …

    Diallo Abou Moussa
    Burundi-agnews.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *