Maroc, Projets

Maroc : on se protège des rayonnements ionisants à Rabat

4722806-7054791

Après l’Afrique du Sud en 2003, l’Egypte en 2007 et le Kenya en 2010, c’est le Maroc qui accueille le 4ème Congrès africain de la radioprotection (AFRIRPA).

La radioprotection est faut-il le rappeler, l’ensemble des mesures prises pour assurer la protection de l’homme et de son environnement contre les effets néfastes des rayonnements ionisants.

« Renforcement des infrastructures de radioprotection en Afrique pour une meilleure santé et un développement durable », c’est sous ce thème central que se tiendra cette rencontre du 13 au 17 septembre à Rabat.
L’initiative vient de l’Association marocaine de radioprotection (AMR), qui entend réunir plus de 200 spécialistes, professionnels, chercheurs et étudiants, représentant plus de 30 pays de différents continents.

Ceci, pour débattre des thématiques portant sur les fondamentaux de la radioprotection notamment les effets biologiques, la sécurité radiologique, la dosimétrie, la réglementation, l’exposition aux radiations naturelles en milieux miniers, le transport des matières nucléaires et radioactives, l’enseignement et la formation professionnelle.

Selon un communiqué publié par le comité organisation, ce congrès coïncide avec la promulgation, au niveau national, de la loi sur la sûreté et la sécurité nucléaires et radiologiques qui prévoit la mise en place d’une autorité indépendante de régulation des activités utilisant les rayonnements ionisants et qui sera chargée du contrôle et de l’inspection de l’ensemble des acteurs concernés.

En Afrique comme au Maroc, les applications des techniques nucléaires ont connu un développement considérable au cours des deux dernières décennies et couvrent actuellement les secteurs de la santé, l’industrie, l’environnement, l’agriculture, l’eau, les ressources naturelles, la sûreté et la sécurité, relève l’AMR.

En ce qui concerne le secteur de l’énergie, plusieurs pays africains s’intéressent à l’électronucléaire, notamment le Maroc qui considère cette option ouverte et une alternative à long terme pour la diversification du bouquet énergétique national.

Disposant de plusieurs installations nucléaires, notamment le Centre de recherche de la Maâmora qui englobe un réacteur de recherche (CNESTEN), la station pilote d’irradiation à Tanger (INRA), les cyclotrons pour la production de radiopharmaceutiques et plusieurs unités de radiothérapie, le Maroc joue un rôle leader au niveau de l’Afrique dans le domaine des utilisations pacifiques nucléaires.

 

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *