YALI 2015 : Obama à la recherche de 500 jeunes leaders africains

262 total views, 6 views today

Mandela-Followship-700x352

Plus de 500 candidats en ont déjà fait la formidable expérience, il y a quelques mois, celui de voyager aux Etats-Unis et de participer à des formations dans le cadre d’un programme de soutien aux jeunes leaders africains initié par le président des Etats-Unis (YALI ou Young Africain Leaders Initiative).

Ces jeunes ont bénéficié de ce programme lancé par Obama en 2010.

Au titre de l’année 2015, la bourse Mandela Washington Fellowship, le programme phare de jeunes leaders africains dans le cadre de YALI, a été officiellement lancée jeudi.

Le Mandela Washington Fellowship qui a débuté en 2014, rassemblera en été 2015 aux Etats-Unis, 500 jeunes leaders africains pour participer à des cours universitaires et à des formations en leadership.

Pour rappel, les boursiers YALI 2014 ont assisté en juillet dernier, à une conférence à Washington, D.C., sous le patronage de Barak Obama, et participé à un programme de 6 semaines dans des universités américaines.

Pour participer, les futurs candidats au Mandela Washington Fellowship doivent être âgés de 25 à 35 ans, avoir d’excellentes capacités à parler, lire et écrire en anglais.

Ils auront jusqu’au 5 novembre pour déposer leur demande, à remplir en ligne.

Toutes les informations concernant le Mandela Washington Fellowship sont disponibles sur le site youngafricanleaders.state.gov  et les éventuelles questions peuvent être posées par courriel à l’adresse électronique yalimadagascar@state.gov

Réagissez sur: africatopforum.fr

10 thoughts on “YALI 2015 : Obama à la recherche de 500 jeunes leaders africains

  1. je suis Bissau- Guinéen. je suis vraiment de l´avis de cette annonce de 500 jeunes africains à être former dans les pays développés comme Amérique. Cela permettra de freiner au moins la fuite du cerveau de la jeunesse dans les eaux de Lampedousa dont de milliers de jeunes périssent par ce que manque de main d´oeuvre, de formation, de moyen de suivivre. Si les pays développés permettent à la jeunesse aux continents pauvres de suivre leur formation, l´afflut migrattoire serait au moins diminué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.