Togo

Foire Internationale de Lomé: les pays victimes d’Ebola exclus

foire

Du 23 Novembre au 08 décembre 2014, se déroulera la 12e foire internationale de Lomé (FIL). Et les préparatifs pour une réussite de cette rencontre d’affaire vont bon train. Le comité d’organisation s’active. Mais, ces derniers temps, des rumeurs font état d’un probable report de l’évènement ou du moins, certains pays ne pourront pas prendre part à la fête.

Une seule raison justifie la véracité des rumeurs. C’est le Virus Ebola qui frappe et qui tue dans certains pays qui ont l’habitude de prendre part à la foire. Il s’agit des pays comme la Guinée, la Sierra Léone, le Libéria etc.

Malheureusement, au niveau du comité d’organisation, on note un silence total sur la présence ou non des commerçants des pays précités. Viendront-ils ou non ? Personne ne le sait encore. Et l’inquiétude des populations va en grandissant. Semant un doute très sérieux.

Contacté par la rédaction de www.icilome.com, un membre

du comité d’organisation sous couvert de l’anonymat rompt le silence.

Les commerçants des pays touchés par le virus Ebola ne prendront pas part à la foire pour cette édition, confirme notre interlocuteur au téléphone.

« Ils ne seront pas là. Nous sommes en train de mener des réflexions de concert avec le ministère de la santé afin de voir les dispositions à mettre en place au niveau de l’aéroport et aux frontières avant l’ouverture effective du centre de la foire pour contrôler même les commerçants des pays qui ne sont pas touchés par le virus », a indiqué ce membre du comité d’organisation.

Au-delà de cette disposition, on rassure que, l’accès à
la foire sera soumis au contrôle. Visiteurs et commerçants sans exception tous les jours jusqu’à la fin de la foire.

« De toutes les façons, souligne-t-il, les commerçants des pays comme la Guinée, le Libéria, la Sierra Léone ne seront pas présents », insiste-t-il.

Certains pays pas très loin du Togo, bien que n’étant pas touché par le virus ont dû reporter des évènements à l’image de la FIL. C’est le cas par exemple du Burkina Faso

La menace Ebola a déjà justifié le report sine die de trois autres rendez-vous majeurs dans les pays des hommes intégres : le Salon international du tourisme et de l’hôtellerie (Sitho), le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (Siao) et le Tour cycliste du Faso.

A cela, il faut ajouter le report du Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur « l’Emploi, l’éradication de la pauvreté et le développement inclusif » qui devait se tenir du 2 au 7 septembre 2014.

Pour se justifier, les autorités du Faso n’ont pas perdu du temps.

« C’est par mesure de précaution. Nous avons un système de veille qui fonctionne bien, mais avec le cas survenu aux Etats-Unis d’Amérique, notre système risque d’être éprouvé si jamais il y a le moindre cas d’Ebola au Burkina Faso. C’est pour cette raison que le gouvernement burkinabè évite l’organisation de toutes les manifestations pouvant regrouper des milliers de personnes », avait déclaré sur les ondes de Rfi, Alain Edouard Traoré, ministre burkinabè de la Communication et porte-parole du gouvernement.

Et le comité d’organisation n’avait que pris acte du report des évènements mentionnés.

Rappelons que, à ce jour, le nombre de personne tuée par ce virus tourne autour de 4040 personnes et de nombreuses personnes hospitalisées.
Source : icilome

A lire aussi :

1 Commentaire

  1. Herve Akakpo

    Reflexions.
    Pour le cas du virus ebola qui ne respecte aucune des regles de prevention, est-il conseille que le comite d’organisation de la 12e Foire de Lome et surtout les premieres autorites du Togo, vont-elles se hasarder a defier ce virus en faisant courir des risques enormes aux forains et aux visiteurs qui ont ete estime a plus de 250.000 a la 11e foire de 2013?
    Pour si peu, les pays de la zone annule des manifestations d’ordre international.
    A quel dessein, poursuit-on les preparatifs, comme si nous sommes sur une autre planete?
    Laissons tout calcul de quelque ordre de cote, pour eviter un eventuel danger a notre pays.
    Tout compte, nous ne sommes pas si prepares comme on le soutient pour eviter le virus ebola.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *