A la Une, Nigéria

Nigéria: la fin d’Ebola officiellement déclaré par l’OMS

VIA_DAN_NWOMEH-700x350Réclamée depuis quelques semaines par les autorités nigérianes, la fin officielle de l’épidémie d’Ebola a été déclarée par le représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Nigeria Rui Gama Vaz (photo au micro), après une période d’incubation de 21 jours depuis la confirmation du dernier cas.

« L’épidémie de la maladie à virus Ebola a été stoppée au Nigeria. Il s’agit d’une réussite spectaculaire qui montre au monde entier que la maladie Ebola peut être stoppée », a déclaré le représentant de l’OMS, à la conférence de presse qui a servi de cadre à cette annonce à Abuja.

Avec un bilan de vingt (20) victimes dont huit (8) morts, l’épidémie de la maladie à virus Ebola a été contenue par les autorités nigérianes grâce à une réaction rapide et efficace pour faire face à cette pandémie qui aurait été mis à mal l’économie du pays le plus peuplé d’Afrique.

La fin de l’épidémie annoncée pour le Nigeria a été précédée de celle du Sénégal où un seul cas avait été importé de Guinée, mais avait pu être soigné sans faire d’autres victimes.

Ces deux pays deviennent des modèles en étude pour les pays cherchant à résorber l’épidémie.

Pendant cette période, le Nigeria n’a fermé aucune de ses frontières, et n’a mis en place aucune restriction, même si la plus grande compagnie aérienne privée du pays a elle-même décidé de cesser des liaisons avec le Liberia et la Sierra Leone.

En plus du repérage et du suivi des personnes potentiellement à risque, le Nigeria a installé des postes de contrôle de température dans tous ses aéroports et ports.

Aucune frontière n’a été fermée cependant et aucune restriction n’a été imposée aux compagnies aériennes, même si Arik, la plus grosse compagnie aérienne privée nigériane, a décidé d’elle-même de cesser ses liaisons avec le Liberia et la Sierra-Leone, les deux pays les plus durement touchés par l’épidémie.

Il faut rappeler que la maladie d’Ebola a été importé à Lagos le 20 juillet dernier par un fonctionnaire libérien Patrick Sawyer, et avait laissé craindre les pires scénarios-catastrophes.

Source : africahotnews

A lire aussi :

À propos La Rédaction

Aucune information n'est fournie par l'auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *