A la Une, Burkina Faso, Politique

20 ans de l’UEMOA : une référence en Afrique et dans le monde

uemoa-BURKINA-FASO-0003Sept chefs d’Etats et de gouvernements ainsi que le président de l’Assemblée nationale de la Guinée Bissau représentant son pays, se sont retrouvés lundi dans la capitale burkinabè dans le cadre de la commémoration des 20 ans de  l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Pour Cheikh Hadjibou Soumaré, président de la commission de l’UEMOA, l’institution a déployé « des projets communautaires concrets » dans  le cadre du Programme économique régional, en matière d’hydraulique villageoise, d’infrastructures routières, d’aménagements hydro-agricoles, de sécurité alimentaire, d’enseignement supérieur,  de formation professionnelle, de santé humaine et animale.

A ce bilan élogieux, il ajoute une  monnaie stable, un taux de croissance moyenne de 6% mais des échanges communautaires qui restent encore en-deçà de 20%.

« Avec vingt années d’existence, l’UEMOA  est à la phase de maturité. Elle se doit donc de se projeter dans l’avenir, si elle veut demeurer une organisation de référence en Afrique et dans le monde », a-t-il souligné.

Quant au président du Faso, Blaise Compaoré, il a noté que l’UEMOA demeure une institution exemplaire.

« Elle est une référence de par la qualité et l’efficacité de ses différents organes qui ont permis aux pays membres, d’amortir les chocs exogènes dont principalement, la crise internationale qui frappe le monde depuis près de huit ans », a-t-il indiqué.

Mais il a ajouté qu’il est désormais nécessaire de « renforcer la complémentarité et la solidarité entre nos Etats membres, en faisant preuve d’ingéniosité et d’innovation, face aux nouveaux défis qui se présentent à nous ».

Et parmi ces défis, M Compaoré a insisté sur celui  de la paix et de la sécurité, en réponse aux menaces diverses que constituent le terrorisme, les extrémismes religieux, la criminalité transfrontalière et l’épidémie de la fièvre Ebola.

Boni Yayi, président de la conférence des chefs d’Etats et de gouvernements de l’institution insistera à son tour  sur la valeur de l’intégration économique  conçue comme « l’unique moyen pour résoudre la plupart de nos difficultés économiques ».

Energie, infrastructures communautaires, paix, ressources humaines et  réformes sont, selon lui, les grands chantiers sur lesquels l’Union doit s’ancrer désormais pour espérer prospérer dans le futur, selon Boni Yayi.

Notons qu’a l’issue des travaux, les chefs d’Etats des huit pays se sont engagés à fournir un million et demi de dollars aux Etats touchés par la fièvre Ebola, en vue de les aider à faire face aux contraintes liées aux ravages de cette épidémie.

Créée le 10 janvier 1994 à  Dakar, l’UEMOA regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali,  le Niger, le Sénégal et le Togo.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *