Politique, Sénégal

Lapodini Atouga : « les Africains sont capables de financer leur propre développement »

IMG_0421mAu cours d’un symposium sur la mobilisation et la gouvernance des ressources domestiques pour le financement du développement en Afrique de l’ouest qui s’est tenu mercredi à Dakar au Sénégal, le commissaire de la CEDEAO chargé de l’agriculture, a fait une intervention « remarquable » que beaucoup ont appréciée à sa juste valeur.

Parlant du développement du continent,  Marc Lapodini Atouga estime qu’ « on ne peut pas bâtir une maison sans une fondation solide ».

« Le développement n’a jamais été exogène. Il a toujours été impulsé de façon endogène. Il faut donc mobiliser plus que possible nos ressources intérieures pour impulser notre développement », a-t-il dit.

Pour ce dernier, les pays africains pourront réellement amorcer leur développement par la mise en place de mécanismes de récolte de leurs ressources intérieures et en évitant au maximum les aides étrangères.

Selon lui, « les ressources internes c’est ce que les Etats collectent comme taxes, comme revenus sur les activités locales et les financements de leurs projets doivent se faire à base de ces ressources internes ».

Marc Lapodini Atouga a estimé que « c’est une mauvaise habitude » pour les Etats africains de baser leurs projets sur les aides étrangères.

« Quand nous mettons en place un programme ou un projet, nous ne nous demandons pas d’où sortiront les fonds. Nous sommes toujours dans une dynamique où nous espérons l’argent de l’extérieur. Pourtant, cet argent qu’on nous donne, ce sont des dettes que nous collectons », a-t-il expliqué.

 « Nous ne pouvons pas prétendre au développement en comptant sur des aides extérieures. Avec les conditions que certains de ces fonds nous imposent, on ne peut pas réussir si facilement. Ce n’est pas possible, c’est plutôt suicidaire », a-t-il averti.

Le commissaire de la CEDEAO a suggéré aux Etats africains de chercher les voies et moyens pour mettre en place d’efficaces mécanismes de collecte des ressources.

« Partout ailleurs, les gens ont mis des mécanismes pour récolter les ressources intérieures. Nous devons faire de même pour amorcer notre développement. Si nous ne pouvons pas inventer, nous devons au moins imiter en adaptant les systèmes qu’ils ont mis en place à notre situation », a soutenu ce dernier.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *