A la Une

Burkina Faso : le secteur culturel en berne

culture-burkina

Le secteur culturel burkinabé n’est pas épargné par la crise politique que connait le pays depuis la semaine écoulée. La destruction des infrastructures hôtelières, le décret du couvre-feu et le climat d’insécurité ne sont pas favorables aux promoteurs culturels burkinabés. Dans une interview accordée aux confrères de Burkina 24.com, Désiré Ouédraogo, inspecteur technique des services du Ministère de la Culture et du Tourisme du Burkina Faso déplore le ralentissement des activités culturelles.

Déjà affecté par les conséquences de  la maladie à virus Ebola qui sévit dans trois pays de l’Afrique de l’ouest et la crise politico-militaire au nord du Mali, le secteur culturel burkinabè doit faire désormais face à une crise politique que connait le pays depuis quelques jours.

Au lendemain des manifestations qui ont poussé l’ancien président Blaise Compaoré à démissionner à la tête de l’Etat, le calme semble de retour à Ouagadougou et dans les principales villes du pays. Cependant le couvre-feu décrété n’arrange pas les promoteurs culturels qui ont été dans l’obligation de reporter ou d’annuler plusieurs rendez-vous culturels.

« Les activités ne peuvent plus se dérouler selon le programme qui a été établi. Ça ce n’est que le cas de Ouaga et celui d’un seul évènement. Prenez par exemple le CITO où il y a une nouvelle programmation avec des pièces qui devaient être jouées à partir de 20h, évidemment ce sont des activités qui ont été annulées ou reportées dans le temps », a déploré Désiré Ouédraogo, cadre  du Ministère de la Culture du Burkina Faso.

Selon ce dernier, la destruction des infrastructures hôtelières aura un impact négatif sur le tourisme. « Dans le domaine du tourisme, il y a eu un certain nombre de casses d’hôtels, à Ouagadougou (Azalaï Hôtel, Jolly Hôtel, Palace Hôtel) et Ouahigouya (Hôtel de l’Amitié). Cela est très grave pour le secteur car il était déjà doublement sinistré à cause de la crise malienne et de la pandémie du virus Ebola », explique-t-il.

Comme Africa Top Success, vous le rapportait, plusieurs rendez-vous internationaux censés se tenir au Burkina Faso ont déjà et soit annulés afin d’éviter des risques de contamination de la maladie à virus Ebola. Tel est le cas du Tour de Faso.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *