Ile Maurice

OIF : le coup de gueule du candidat mauricien

mecontent

Au lendemain de la désignation de la nouvelle secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, le candidat mauricien Jean Claude de l’Estrac regrette l’incapacité de l’Afrique de s’accorder autour de sa candidature. Dans un communiqué adressé à la rédaction d’Africa To Success, Jean Claude de l’Estrac a exprimé sa position en faveur d’une élection. le candidat mauricien regrette que « l’option d’un vote ouvert, démocratique et transparent conforme aux valeurs et à la charte de l’organisation n’ait pas été prise en considération. »

Africa Top Success vous propose un extrait du communiqué 

Jean Claude de l’Estrac a pris acte de la désignation du nouveau secrétaire général de la Francophonie. Il se félicite que le nouveau secrétaire général se soit approprié ses réflexions et ses propositions pour la Francophonie de demain, notamment en matière économique.

Jean Claude de l’Estrac rappelle que c’est dans l’espace africain que se joue une part significative de la croissance mondiale, des enjeux de diversité et de l’avenir de la langue française. Il est donc d’autant plus regrettable que l’Afrique n’ait pas été en mesure de s’accorder, à Dakar, autour de la candidature de Maurice après le retrait inexpliqué de celles du Congo, du Burundi et de la Guinée équatoriale. Jean Claude de l’Estrac déplore également que l’option d’un vote ouvert, démocratique et transparent conforme aux valeurs et à la charte de l’organisation n’ait pas été prise en considération.

L’Afrique est désormais privée de la direction de toute organisation multilatérale.

Fidèle à ses convictions, Jean Claude de l’Estrac espère que le nouveau secrétaire général assurera la concrétisation des chantiers économiques de la Francophonie.

Il remercie toutes les personnalités qui, à Maurice comme dans l’ensemble du monde francophone, se sont mobilisées activement autour de sa vision et de son programme. Jean Claude de l’Estrac exprime sa gratitude au président de la République de Maurice qui a défendu la candidature à Dakar, au Premier ministre et au ministère des Affaires étrangères qui ont accompagné le candidat tout au long de la campagne.

L’adhésion qu’a suscitée le projet de Jean Claude de l’Estrac a permis d’installer Maurice parmi les principaux contributeurs de la réflexion sur l’avenir francophone.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *