Gabon

Vielles carrosseries : le Gabon n’en veut plus

occasions

Communément appelés « venus », les véhicules d’occasion importés de l’occident sont très prisés en Afrique Subsaharienne. Le coût relativement bas de ces engins explique leur succès dans cette partie du monde ou le pouvoir d’achat des populations est faible. Le Gabon a décidé en avril 2014, l’interdiction de l’importation des voitures d’occasion vielle de plus de trois ans sur son territoire.

 Cette décision aussi salutaire soit-elle a créé de vives polémiques qui ont poussé le conseil des ministres à procéder à une mise au point le 23 décembre 2014.

Désormais sont interdits d’importation au Gabon, les  véhicules de catégorie A, B et D «âgés de trois ans au plus après la mise en circulation à l’étranger.»  Les voitures de catégorie C et E vielles de plus de 6 ans ne sont pas également les bienvenues.

La décision gouvernementale prévoit cependant des aménagements pour l’importation des véhicules aux statuts particuliers, notamment ceux des diplomates accrédités au Gabon et des Gabonais de retour d’expatriation.»

Il est également prévu à titre transitoire une dérogation aux propriétaires déclarés des véhicules d’occasion sous douane, importés en violation des dispositions légales en vigueur antérieures au moment de cette importation. Le gouvernement gabonais leur accorde un délai de trois mois pour procéder aux opérations de dédouanement.

La décision est diversement appréciée.

« On passe déjà par d’autres Ports de la CEMAC .Les véhicules de plus de trois ans rentreront toujours au Gabon par la route. C’est juste une baisse d’activités au port et le chômage comme conséquences », a déclaré un citoyen gabonais appuyé par un autre : «Il y’a pas de 5 mois j’ai fait entrer par le Congo trois caisses, qui ont transité par le G2.Une de 10 ans le reste de 7 ans. Ils veulent la thug life, on va leurs en donner ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *