A la Une, Politique, Tanzanie

Tanzanie : la sorcellerie interdite pour protéger les albinos

article-2280107-17A4F424000005DC-415_634x442Depuis quelques mois, l’on note une recrudescence des enlèvements d’albinos en Tanzanie. Soucieux de leur protection, le gouvernement tanzanien vient de prendre un décret interdisant formellement la pratique de la sorcellerie sous toutes ses formes.

Cette décision des autorités tanzaniennes intervient après l’enlèvement en fin décembre dernier, d’une fillette albinos de 4 ans, toujours portée disparue.

La petite victime, Pendo Emmanuelle Nundi, a été enlevée le soir du 27 décembre dans le district de Kwimba (province de Mwanza) par des inconnus armés de machettes qui avaient auparavant neutralisé son père.

Quinze suspects, dont son père et deux de ses oncles, ont été arrêtés.

Cette mesure vise donc à protéger les albinos des croyances attribuant des vertus magiques à leurs organes.

 « Ces prétendus sorciers ont une part de responsabilité dans les agressions contre les albinos », a indiqué Isaac Nantanga, porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Pour ce faire, le ministre de l’Intérieur Mathias Chikawe, a annoncé une opération spéciale dénommée « En finir avec les meurtres d’albinos ».

L’opération sera menée par la police et avec l’aide des autorités locales et des membres de la Société tanzanienne des albinos (Tanzania Albino Society-TAS), pour cibler les provinces les plus touchées.

« Nous voulons en finir avec les meurtres d’albinos, l’opération passera partout, des mesures seront prises contre tous les suspects et le procureur général accordera la priorité à ces affaires », a déclaré le ministre Chikawe.

Selon les chiffres avancés par l’ONU, de l’an 2000 à ce jour, plus de 70 albinos ont été tués dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Mwanza, Geita, Tabora,Simiyu et Shinyanga, dans le nord, sont les contrées les plus concernées par cette atrocité envers les albinos, mais aussi pour les meurtres de personnes âgées soupçonnées d’être des jeteuses de mauvais sort.

En août dernier 2014, au moins 4 albinos avaient été victimes d’agressions en moins de deux semaines en Tanzanie.

 

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *